Pour une allocation universelle suffisante pour vivre

DroitRevenu

La Confédération institue une allocation universelle ou un revenu suffisant d’existence versé inconditionnellement, c’est à dire sans justification de ressources, à tout individu, de sa naissance à sa mort, du seul fait qu’il existe. Pour l’instant ce n’est qu’une proposition au Parlement . Et ci cela devenait un jour une réalité ?

L’allocation universelle désigne le versement d’un revenu unique à tous les citoyens d’un pays, quels que soient leurs revenus, leur patrimoine, et leur statut professionnel: ce revenu permettrait à chaque individu de satisfaire ses besoins primaires (se nourrir, se loger, se vêtir, voire acquérir certains biens culturels de base), et laisserait l’individu libre de mener ensuite sa vie comme il l’entend.

Cette allocation doit permettre à chaque personne de poursuivre des activités non-marchandes s’inscrivant dans le cadre de la vie associative et créer des richesses non monnayables, utiles à la recomposition du tissu social, soit un rapport non marchand avec ses semblables.

Pour l’individu, ce revenu de base alloué à chacun parce qu’il existe, calculé à partir de la richesse produite par le pays, cumulable avec les autres revenus d’activité, viendra se substituer aux revenus de transferts existants.

Pour la collectivité, ce nouveau mode de distribution de revenu, parfaitement transparent, simple à appliquer et à contrôler, assure une parfaite égalité entre tous les citoyens. Il concrétise leur appartenance à la communauté humaine. Il exprime la reconnaissance de la dignité de toute personne. Son cumul avec les autres revenus supprime le handicap des seuils de pauvreté et n’est pas une désincitation au travail, toute activité rémunérée générant un revenu supplémentaire.

La collectivité reconnaît ainsi la valeur économique et sociale du travail gratuit, tout particulièrement du travail domestique, d’autant qu’il exonère la société d’importants coûts d’infrastructures et de services à la personne particulièrement onéreux.

14 réflexions au sujet de « Pour une allocation universelle suffisante pour vivre »

  1. Bonjour,

    c’est magnifique. Mais malheureusement, on ne vit pas dans un monde de Bisounours et si en théorie, cette allocation

    doit permettre à chaque personne de poursuivre des activités non-marchandes s’inscrivant dans le cadre de la vie associative et créer des richesses non monnayables,

    , dans la réalité, la probabilité est grande que certains en profitent pour êtres des parasites, financés par la société pour n’être utile à personne.

    Il suffit de voir ce que nos jeunes (et j’en suis…) font du temps et de l’argent qu’ils ont en trop pour douter des immenses qualité de l’être humain.

    Le droit à la vie n’est pas un droit de profiter de la société ! Si on veut vivre en société (et il est important de souligner que ça doit être un vœu !), on doit en accepter les règles: dormir sous un toit, manger à sa faim ont une valeur qu’un accès materné dévaloriserait complètement: il ne s’agit pas d’être capable de produire une richesse économique, mais bien de subvenir à ses propres besoins et de rendre l’impact de son existence économiquement, socialement et écologiquement neutre.

    Alors bien sûr, la société se doit d’aider ceux qui n’en sont pas capables (temporairement ou définitivement), mais son but doit rester de permettre à chacun d’assumer son existence, individuellement ou collectivement [la collectivité doit dans ce cas être librement consentie par chacun de ses membres].

    Je ne veux pas d’un monde ou chacun pourrait choisir (et non subir, c’est bien différent) de vivre au crochet de la société (j’ai décidé que les autres devaient me nourrir et me loger parce que je veux être un penseur libre): c’est trop facile ! La vie c’est finalement pas facile et je crois que chacun doit se battre pour en faire quelque chose de bien, dans la mesure de ses moyens et de ses capacités.

    Voilà, c’est tout. 🙂

    Meilleures salutations !

  2. C’est une blague du ler avril?
    Cette proposition me parait très utopique, car un ouvrier ou salarié même en travaillant à plein temps reçois comme salaire tout juste ce qu’il faut pour vivre. Si un accident ou maladie survient, il n’a même plus le stricte nécessaire pour végéter.

  3. Derrière son apparence un peu angélique, la proposition de Joseph permet de renouveler totalement notre conception du travail, non réduite à l’emploi mais ouverte à des activités associatives, sociales, militantes, familiales ( exemple des grands parents qui gardent leurs petits enfants) qu’on se devrait de valoriser (au sens moral comme au sens comptable du terme). Nous sommes actuellement devant une crise du salariat, dans laquelle les écarts entre des rémunérations de cadres commerciaux ou financiers et des postes dans la production de biens ou de services sont totalement absurdes et arbitraires, même à niveau de diplômes comparables. Il y a une vraie piste à creuser (Il me semble que la question est abordée dans un des ouvrages du sociologue Bernard Friot, « la puissance du salariat »).

  4. Bonjour Josef, très bon article. Cela fait des années qu’on en parle et rien ne pointe.
    J’ai découvert il y a 2 jours qu’un nouveau parti politique suisse est en train de se construire, Politique intégrale. Vous connaissez ? Egalité et partage…

    http://www.integrale-politik.ch/f/index.php?option=com_content&task=view&id=21&Itemid=35

    Je n’ai pas fini de visiter les plans proposés, mais en passant par dessus une certaine naïveté, je reconnais qu’il y a matière à y réfléchir.

  5. vous sélectionnez les commentaires, cela c’est de la censure ! c’est indigne d’un homme qui se dit politique !

  6. J’ai rarement lu quelque chose d’aussi simpliste !
    magnifique génial diront certains qui vivront au crochet des pauvres imbéciles restant qui iront travailler…
    travailler ?.mais cela ne sert donc plus à rien car il y a ce fameux revenu à toucher sans rien faire…
    Monsieur Zysiadys vous êtes perdu dans vos rêves… restez-y.
    continuez d’aller bouffer chez Rochat caché en cuisine et continuez de raconter vos bobards en public, c’est une honte, vous avez profité du système et vous continuez, que ce système est bien bête de vous le premettre, mais heureusement tout a une fin et elle très probablement plus proche que vous ne le croyez

  7. Et ce n’est pas simpliste de rémunérer des emplois tels que ceux des contrôleurs de gestion qui qui passent leur temps à mouliner des indicateurs, et qui ne voient même plus les tours de passe-passe de la comptabilité des grands groupes, des traders à l’affût des informations à but spéculatif, des inventeurs de produits financiers qui ne comprennent même pas leurs propres modèles, de ceux qui ont inventé la titrisation, les subprime, des vendeurs de produits défiscalisés, des promoteurs immobiliers plus ou moins véreux, des banques qui prêtent en fonction de la réputation et non de la solidité des projets?… le travail associatif, la garde de petits enfants, s’occuper d’un vieux voisin, prendre des cours à l’université, jardiner, et même vivre sa folie tranquillement,etc.
    ces activités supportent largement la comparaison avec des emplois de véritables parasites sociaux dont la légitimitéest rarement contestée…

  8. Bonjour, je trouve merveilleux de trouver cet article sur l’allocation universelle alors que la veille, je proposais justement à quelqu’un de pouvoir également développé ce sujet dans un journal. Je trouve dommage cependant qu’il ait été présenté avec cette simplicité naive (ou voulue?) qui incite les gens à rejeter et à dénigrer de prime abord une telle proposition!
    Parce que bien sûr que c’est la meilleure solution que nous pourrions trouver présentement pour remédier à la majorité des problèmes auxquelles nous sommes confrontés actuellement: la dégradation de la vie, le chômage, beaucoup de crimes etc.. et toutes les répercussions collatérales positives: la santé, le stress, la créativité, l’entraide, le partage et plus encore( à nous d’inventer, quoi!).
    Il faut primordialement bien expliqué à tout un chacun que dans ce système, personne ne perd et que tous ont à y gagner: les pauvres comme les riches. Et que peu de gens vivraient comme certains le pensent au crochet de la société dans un tel système qui permettrait d’exalter les talents de chacun. Et même si c’était le cas, pour un temps, qu’une personne ne fasse rien de ses journées, où est le problème, il est libre. Mais une personne compassionnée essayerait de l’aider car maintenant, les gens auraient tout le temps qu’ils veulent pour offrir d’eux à leur prochain. Voilà, je dis qu’il faut ouvrir le débat à grande échelle car il y a de l’espoir pour l’humain! Nous devons prendre conscience des possibles qui se présentent à nous et nous serrer les coudes.
    Bonsoir à tous. Antoine

  9. En fonction de la productivité du pays et du coût de la vie, un tel revenu aurait besoin sans cesse d’être révisé, ce sur quoi je peux parier qu’on ne pourra pas compter.

    Ce que vous proposez ne réglera pas les problèmes de concurrences sur les marchés, qui pousseront toujours les travailleurs vers le bas. Au mieux, ça améliorera leurs conditions que pour quelques années.
    A la moindre crise on ne se gênera pas de nous justifier des mesures d’austérités… 😉

    Je continue à penser pour ma part, que pour que tout le monde aie accès à tout le nécessaire, il faut se diriger vers une gratuité maximum… Et contrôler les coût des secteurs où cela n’est pas applicable dans l’immédiat.

    Enfin, c’est une lourde de tâche que de s’attaquer au capitalisme, mais il faudrait bien s’en prendre à la racine du mal une fois pour toute…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *