La gauche de gauche la plus bête du monde ?

L'île de la désunion

Nous sommes vraisemblablement la "gauche de gauche" la plus bête du monde.

Il y a 4 ans lors des élections cantonale genevoises, les trois listes désunies de la gauche d’opposition faisaient 14,79% et se retrouvaient hors Parlement. Pendant 4 ans, les plus modestes du canton se sont retrouvés sans appui parlementaire.

Ce soir, nous apprenons que cette même "gauche de gauche" dispersées en 2 listes, réunissant 12,24% (avec moins 2,5% tout de même…) ne sera à nouveau pas représentée au Parlement cantonal genevois.

Bien sûr, il y a le quorum anti-démocratique de 7%… Mais cela n’enlève rien à notre incapacité d’être à la hauteur de la volonté d’unité populaire attendue, partout, de la gauche anticapitaliste.

Les mots nous manquent pour commenter un désastre de ce type qui ne fait que le jeu de l’extrême-droite et qui décourage les espoirs populaires.

Pourtant, les avancées de Die Linke en Allemagne et du Bloc de Gauche au Portugal et les discussions engagées en France pour des listes communes pour les régionales sont là pour nous indiquer quelques pistes nécessaires.

Ces échecs répétés ne peuvent que relancer l’urgente nécessité d’un regroupement national, à partir de la base, des militants oubliés, des hommes et des femmes qui en ont ras-le-bol de la désunion de mouvements anticapitalistes, qui se disputent pour des virgules de programmes, alors qu’il y a urgence !

Le 21 novembre à Schaffhouse aura lieu le premier congrès de « La Gauche/Linke Alternative/La Sinistra ». Avec un seul objectif: recréer l’espoir avec une force alternative de gauche en Suisse, une force anti-capitaliste et éco-socialiste. Vivement un changement d’herbage…