Pour l’instant, la loi contre les chômeurs est en panne

chomage-chiffres-00037

La situation est pour l’instant cocasse, pour ne pas dire plus.

Au départ, j’ai proposé seul en commission de l’économie du Conseil national de ne pas entrer en matière sur cette loi de pénalisation des chômeurs.

Au final, après plusieurs jours de commission, le vote révèle une fracture à droite qui permet à la position du refus de devenir majoritaire… Finalement donc 8 voix contre (POP, Verts, PS) 7 voix pour (PDC et radicaux) et 10 abstentions (UDC et radicaux).

Et du coup, je me retrouve (pour l’instant) rapporteur de majorité au Parlement, contre cette loi… Il y a parfois quelques retournements étranges.

Que comprendre de tout ce mic-mac ?

L’extrême-droite et la droite la plus dure (vous savez, celle qui préfère foutre les millions par la fenêtre comme avec l’informatique militaire…) veut encore plus d’économie sur le dos des chômeurs, des précaires et des jeunes. Son jeu consiste à faire pression sur le Conseil fédéral et ses partis pour qu’ils aillent plus loin dans la casse de l’assurance-chômage.

Donc pas de triomphalisme… Dès qu’ils auront réussi à s’entendre dans les coulisses, tout rentrera dans l’ordre des choses du capitalisme.

Finalement, c’est le peuple qui devra trancher, car nous serons bel et bien obligé de lancer un référendum.

La seule chose qui devrait faire réfléchir certains, c’est qu’il vaut mieux dès le début refuser d’entrée en matière, car c’est la seul position de résistance.

Dans quelques heures, les chômeurs seront fixés sur leur sort

chomdu

C’est aujourd’hui mardi 27 octobre que la commission de l’économie du Conseil national va boucler la révision de la loi sur l’assurance-chômage.

Au moment où la population apprend avec stupeur le gaspillage de près de 800 millions de francs pour l’informatique militaire, la tournure des débats sur l’assurance-chômage, uniquement centrés sur des économies sur les plus précaires, est un véritable scandale politique. Les mêmes UDC qui ont jetés l’argent du contribuable par la fenêtre se retrouvent aux premières loges pour casser la vie quotidienne des victimes économiques du système.

Le radical Pierre Maudet, président de la commission fédérale de la jeunesse a beau jeu de se lamenter dans son journal du dimanche sur la situation de péjoration des jeunes, c’est son parti qui est le protagoniste principal pour réduire les prestations des jeunes chômeurs.

La population en a assez de ces doubles jeux électoraux de passe-passe !

Les chiffres sont là: la 4ème révision de la loi sur l’assurance-chômage est un gigantesque report de charges sur les cantons et les communes de l’ordre de 250 millions. Concrètement, il s’agit de rejeter des ayants droit aux indemnités directement à l’assistance publique.

La révision de la loi sur l’assurance-chômage en période de crise aigüe est une volonté politique punitive à l’égard des plus faibles de la société, au nom d’une idéologie dogmatique d’économies. Il suffirait d’augmenter les cotisations paritaires à 2,5% sans baisser les prestations et tout serait réglé ! Il y a quelques années le taux était de 3% sans aucun problème…

J’imagine que je ne serais pas seul à refuser cette loi… comme pour l’entrée en matière. J’imagine…

Préparez vos stylos pour le référendum, on va les gifler ces incompétents !