Sans fin

Je suis dans la clarté qui s’avance,
Mes mains sont toutes pleines
de désirs, le monde est beau.

Mes yeux ne se lassent pas de voir les arbres,
Les arbres si pleins d’espoir, les arbres si verts.
Un sentier ensoleillé s’en va à  travers les mûriers,
Je suis à  la fenêtre de l’infirmerie.
Je ne sens pas l’odeur des médicaments,

Les oeillets ont dû s’ouvrir quelque part.
Etre captif, là  n’est pas la question,
Il s’agit de ne pas se rendre, voilà .

Nazim Hikmet, 1902-1963

lac_2