Chemin

Voici le pain, le vin, la table, la demeure
ce dont l’homme a besoin, et la femme et la vie,
en ce lieu accourait la paix vertigineuse,
la brûlure de tous brûle en cette lumière.

Honneur à  tes deux mains. ces oiseaux qui préparent
les blanches créations cuisinées en chantant,
et salut ! à  tes pieds légers, tes pieds intègres,
vivat ! danseuse qui danses avec ton balai.

Ces fleuves brusques avec des eaux et des menaces,
ce pavillon pris dans les tourments de l’écume,
ces rayons de miel et ces récifs incendiaires

sont devenus la paix de ton sang dans le mien,
une couche d’étoiles et bleue comme la nuit
et la simplicité sans fin de la tendresse.

Pablo Neruda, 1904-1973

grappe