Service des autos: trop facile pour M.Rochat, ex-conseiller d’Etat

Il se confirme donc que l’ex-chef du Service des Automobiles (SAN) a détourné quelque 200.000 francs d’argent public. Vols en dirigeable, repas gastronomiques en France, séminaires, cadeaux aux cadres, bref tout l’arsenal d’un chef qui voulait être privatisé avec les honneurs de la République…

Le Juge d’instruction cantonal va faire son travail, bien; le CCF (contrôle cantonal des finances) a fait le sien, bien; une enquête administrative est en cours, bien.

Et il faudrait s’arrêter là ? C’est qui le chef de cet ex-chef ? C’est qui le responsable politique de ce haut cadre administratif, bardé de diplôme ? C’est qui que le peuple a élu pour diriger et gérer le département ?

Trop facile de se défiler ! Le responsable politique de M.Boichat, c’est le Conseil d’Etat qui collégialement n’a pas fait son travail. Le responsable politique, c’est en particulier M.Charles-Louis Rochat, chef du département.

Les articles 107 et 123 de la Constitution vaudoise sont clairs. Le peuple vaudois est en droit d’exiger réparation au Conseil d’Etat dans son ensemble et à M.Rochat en particulier pour le tort causé à l’ensemble du service public pour incapacité de gestion.

Je déposerai demain, mardi 11 septembre 2007, une motion en ce sens au Grand Conseil.

Trop facile de rejeter la faute sur un subordonné ! Trop facile de profiter d’une belle retraite payée par le peuple vaudois sans devoir rendre des comptes ! Trop facile pour le Conseil d’Etat dans son ensemble de s’en tirer par une pirouette !

Assurances: pour que tombent les masques

24h_lpp

« Le problème, aujourd’hui, c’est qu’on oblige les assurés à s’affilier, mais qu’on définit uniquement des prestations minimales pour les caisses. Cela ne peut pas fonctionner si ces dernières doivent servir des actionnaires qu’elles privilégieront naturellement au détriment de leurs assurés.« 

Les propos d’un dangereux gauchiste? Les arguments retords d’un candidat A gauche Toute! au Conseil d’Etat? Pas du tout. Il s’agit des propos de l’ingénieur Jacques Grivel, fondateur de l’unité de recherche Fundo SA, s’exprimant à propos de la problématique du deuxième pilier, aujourd’hui dans « 24 heures ».

Des assureurs qui servent d’abord leurs actionnaires, au détriment de leurs assurés… Cela vous rappel quelque chose?

Et, en passant, au service de qui sont les Broulis, De Quattro, Mermoud et Leuba?

N’oubliez ni de voter pour la caisse unique ni d’élire celles et ceux qui la défendent!

D’Orbe à Lausanne en passant par Guignard

Samedi 3 février. 4 villes: Orbe, Yverdon, Cheseaux et Lausanne. Distribution de roses pour Pierre-Yves et Anne-Catherine, petites cartes de visite sur la caisse unique ou journal « Résistance » pour ma pomme… Beaucoup de sympathie de nous voir ensemble au coude-à-coude, regards complices, tapes sur l’épaule (« cette fois, cela devrait être tout bon pour vous ! »)… Nous sortons des stands politiques figés pour aller à la rencontre des gens qui font leurs courses directement sur le marché.

Juste avant, à Orbe, un petit café et une visite chez Philippe Guignard, le pâtissier-restaurateur du goût s’imposait… Visite des cuisines (une première pour Anne-Catherine), avec tout le personnel et échanges de quelques propos sur la politique et la cuisine. Anne-Catherine: « Mais je croyais qu’il soutenait Mme de Quattro et M. Leuba… Sympa ! ». Oui, il est comme cela Philippe, il y a l’amitié et le reste…

Guignard-Lyon-Z