Loi sur la nationalité, on l’a échappé belle

Carte d'identité CH

La réforme de la loi sur la nationalité proposée par la ministre socialiste Sommaruga est en train de prendre l’eau.

Et c’est tant mieux. Je ne suis pas mécontent que ma proposition de refus d’entrée en matière ait été suivie. Même avec des voix contradictoires, ce n’était pas gagné d’avance.

Tout le monde savait bien que la proposition de raccourcir la durée du séjour nécessaire avant de pouvoir demander la nationalité de 12 à 8 ans, était un réformette poudre aux yeux pour faire avaler la couleuvre de l’entrée en matière à la gauche.

Simonetta053

L’essentiel était ailleurs. Il s’agissait de réserver la possibilité de se naturaliser aux seuls titulaires de permis C. Une véritable discrimination sociale, humaine qui revient à durcir, restreindre, clôturer un droit de base qui doit dépendre des années passées au sein d’une communauté et non d’un permis juridique. Là, la ministre socialiste voulait donner un gage à l’UDC avant les élections.

Nous l’avons donc échappé belle, mais attention tout cela pourrait bien revenir par une autre porte. Il faut se préparer au référendum. Car, ce sont environ 600.000 personnes qui risquent d’être exclues du droit à la naturalisation.

La nouvelle loi contre les chômeurs est un Titanic

sera-t-il-chomeur

En pleine tempête, les partis au pouvoir ont de l’imagination. Ils préfèrent jeter les canots de sauvetage plutôt que de risquer que les noyés les utilisent. Le syndrome du Titanic est à l’oeuvre.

Etrange ambiance hier et avant-hier à la Commission de l’économie du Conseil national… c’est par 24 voix contre UNE (je ne vous dirais pas laquelle…) que la commission a décidé d’entrer en matière sur la 4ème révision de l’assurance-chômage.

Des coupes et encore des coupes pour faire boire la tasse aux chômeurs, ces abuseurs, ces fainéants, cette racaille de la société.

Vous en voulez ? Florilège… contre les jeunes chômeurs, les précaires, les cantons avec fort taux de chômage…

Concernant le nombre maximum des indemnités journalières calculé selon la période de cotisation, la droite veut 260 indemnités journalières si l’assuré justifie d’une période de cotisation de 12 mois ; 400 indemnités
journalières s’il justifie d’une période de cotisation de 18 mois ; 520 indemnités journalières s’il justifie d’une période de cotisation de 22 mois et qu’il a atteint un certain âge ou qu’il touche une rente AI.

Concernant les assurés de moins de 30 ans n’ayant pas d’obligations d’entretien envers des enfants: 260 indemnités journalières au maximum; les assurés de moins de 25 ans n’ayant pas d’obligations
d’entretien envers des enfants:130 indemnités journalières au maximum !

Concernant les cantons touchés par un fort taux de chômage: impossibilité comme aujourd’hui de demander au Conseil fédéral d’augmenter de 120 le nombre maximal d’indemnités journalières.

Comment les socialistes et les verts osent entrer en matière avec des pénalisations, des attaques sociales invraisemblables de la sorte ?

Dans les cas pareils, il faut faire bloc, résister, refuser et… préparer le référendum populaire pour que le peuple donne la gifle que la droite et ces nantis méritent !

Ils se sont servis dans la caisse des collectivités publiques pour renflouer leurs banques et maintenant le petit peuple doit payer l’addition.

Un handicapé ne peut pas devenir suisse ?

discrimination

Le scandale du refus de naturaliser un enfant handicapé sous prétexte qu’il sera à la charge de la société le restant de sa vie nécessite la mise en place d’une loi contre les discriminations.

Outre qu’il faut être particulièrement dérangé du cerveau pour refuser sur la base de ces motifs peu avouables, il faut pourtant constater que les discriminations sont nombreuses et qu’elles n’ont fait qu’empirer avec la crise économique.

En 2006, j’ai déposé au Parlement national une motion demandant la création d’une loi fédérale contre les discriminations. Car (hé oui) elle n’existe pas encore ! Malgré le fait que la Constitution soit claire en ce domaine.

C’est seulement ainsi que l’interdiction de pratiquer une discrimination pourra garantir l’égalité des chances dans l’accès aux postes de travail, aux fonctions ou à une naturalisation.

J’imagine que c’est pour cela que le Conseil fédéral a proposé de refuser cette proposition, qui pourrait bien être débattue en décembre au Conseil national…