Marc Vuilleumier, Syndic de Lausanne ?

Vuilleumier

Les élections lausannoises sont presque derrière. La Municipalité est au complet. Il reste encore la question de la syndicature.

Après avoir tartiner à longueur de grande analyse sur le maillon faible popiste de la Municipalité, la presse « autorisée » a dû constater sobrement la 2ème place de Marc Vuilleumier, juste à une encablure de voix du 1er, le représentant du PS.

La presse « autorisée » est toujours humble, elle n’a pas l’habitude de se poser des questions indélicates qui sortent de l’entendement du landerneau politique.

Au fond, pourquoi Marc Vuilleumier ne serait pas un syndic potentiel ?

Parce qu’il ne fait pas partie du premier parti de la Ville ? Tiens, Daniel Brélaz, non plus, ne fait pas partie du premier parti.

Parce qu’il est popiste ? de La Gauche qui s’est renforcée au sein du législatif ? Tiens donc, il y aurait alors des ostracismes inexplicables et inexpliqués.

Il y a ainsi des hypothèses qui se discutent et d’autres qu’on n’ose pas prononcer.

Je n’ai pas demandé à Marc Vuilleumier son avis sur la question. Le problème n’est pas là.

Maintenant qu’il a été élu et bien élu. L’hypothèse d’un syndic popiste, rassembleur et populaire est aussi plausible, qu’un syndic socialiste ou écologiste.

La moindre des choses serait de mettre la question sur le tapis. On peut très bien être Maire ou Syndic d’une Ville, sans être dans le grand parti majoritaire. C’est une question politique simple et simplement humaine. Au Locle et à Renens et par tournus à Genève, Carouge, c’est le cas. Alors ?

Les voies de l’extrême-gauche sont impénétrables

masques en bois

On essaie d’unir, de rassembler, de rabibocher. Et au moment où on se dit que c’est bon; hop, voilà le croche-patte.

Il y a quelque chose de rageant dans ce petit, tout petit monde de l’extrême-gauche. Cette soif de pureté, de refus de la diversité vivante interne ne fait du tort qu’à la population qui attend de l’espoir dans ce monde de brutes.

Ce matin, j’en ai ma dose.

Au met en place une nouvelle formation politique. La Gauche. Sur le plan national depuis plus d’un an. Lentement, mais sûrement. Il y a quelques jours la Gauche-Vaud se crée enfin. On se dit que ça avance.

Et crac. Ce matin solidaritéS-Lausanne annonce qu’elle lance deux candidats à la Municipalité de Lausanne. Comme cela, sans débat.

A croire que Marc Vuilleumier a démérité pour représenter cette gauche combative dans le travail politique de l’Exécutif lausannois. A croire que cela vaut la peine de risquer de voir un Municipal popiste être remplacé par un Municipal de la police UDC. Et cela à quelques heures d’une votation xénophobe. Quel joli signal.

Pourquoi l’extrême gauche fait liste unique en ville de Genève ou Neuchâtel à la Municipalité avec les socialistes et les verts (en plus avec des candidats de solidaritéS !) et à Lausanne ce serait insoutenable politiquement ? La gauche combative est-elle si forte pour se permettre de jouer cavalier seul ?

J’espère juste que ces candidatures sont de la mauvaise blague hivernale. Et que le peuple de gauche, celui qui veut encore voir les choses se transformer ici et maintenant, saura mettre toute son énergie pour unir au lieu de diviser. Et vite, on a pas besoin de cela.