Un handicapé ne peut pas devenir suisse ?

discrimination

Le scandale du refus de naturaliser un enfant handicapé sous prétexte qu’il sera à la charge de la société le restant de sa vie nécessite la mise en place d’une loi contre les discriminations.

Outre qu’il faut être particulièrement dérangé du cerveau pour refuser sur la base de ces motifs peu avouables, il faut pourtant constater que les discriminations sont nombreuses et qu’elles n’ont fait qu’empirer avec la crise économique.

En 2006, j’ai déposé au Parlement national une motion demandant la création d’une loi fédérale contre les discriminations. Car (hé oui) elle n’existe pas encore ! Malgré le fait que la Constitution soit claire en ce domaine.

C’est seulement ainsi que l’interdiction de pratiquer une discrimination pourra garantir l’égalité des chances dans l’accès aux postes de travail, aux fonctions ou à une naturalisation.

J’imagine que c’est pour cela que le Conseil fédéral a proposé de refuser cette proposition, qui pourrait bien être débattue en décembre au Conseil national…

Après le ouf du 1er juin, choisissez l’ECOFOOT

Ecofoot

S’il y a une leçon à tirer de ce week-end de votation du 1er juin, c’est que les millions de l’UDC ne sont pas suffisants pour formater l’opinion du peuple suisse… Ils en ont déversé de la saleté sur les enfants d’immigrés, ils ont tenté de criminaliser toute diversité du pays,dans le plus pur style fasciste. Il y a en un moment où cela ne passe plus.

Ouf, de soulagement donc pour ce week-end. Nous avons réussi à empêcher le pire en matière de droit à la naturalisation pour ce million et demi d’immigrés qui vivent et construisent ce pays. Nous avons réussi à mettre un cran d’arrêt à la privatisation de la santé, voulue par ces mêmes fanfarons à la solde des caisses.

Bon, c’est avec le coeur plus léger que nous allons pouvoir faire la fête du foot. Rien n’aurait été pire que d’offrir des fumets nauséabonds à la face de la planète à quelques jours de l’Eurofoot.

Justement, parlons-en des lieux de rassemblement collectif des futures soirées. J’ai beau habiter près de Bellerive, je vous invite à aller à Malley au grand écran alternatif de l’ECOFOOT: par cohérence, par choix délibéré, pour soutenir les artisans au lieu des « hedge funds« .

Après le pied de nez à l’UDC, choisissez le pied de nez à l’arrogance bancaire ! Et puis 3000 places pour faire la fête du foot tout en respectant les petits artisans et tout en valorisant les produits du terroir et les produits recyclables, cela ne se discute pas…