Le parcage des riches est une idée bénie

parquage

Le parquage des riches décidé par le canton d’Obwald est une belle idée. Elle a plusieurs avantages qu’il ne faudrait pas négliger avant de la contester avec notre véhémence coutumière.

Rassembler les riches dans des îlots de richesse pourrait être bénéfique pour l’ensemble de la société.

D’abord, cela permettrait de les regarder vivre, de les étudier sous toutes les coutures, bref de faire un travail d’ethnologue sur cette classe.

Ensuite, l’attraction des riches dans des concessions constitue une libération pour l’ensemble de la population: libération idéologique, écologique, sociale.

La destruction de la planète est largement la résultante du système sociale et économique choisi et imposé  par cette classe. En se "monastérisant" dans des réserves, ils permettent ainsi à l’immense majorité de la population de mieux imaginer comment les taxer sans forfaits, comment les rendre plus partageux.

En cette période folle où des simples salariés, chômeurs pensent à séquestrer leurs patrons ou occuper leurs entreprises pour la gérer eux-mêmes, l’idée de regrouper les riches dans des enclos, est tout simplement une idée bénie…

Il ne sert à rien de jeter la pierre au Ministre socialiste Leuenberger et ses services qui n’ont rien vu, ni au Gouvernement obwaldien jamais en panne d’idée contre-républicaine. Avant de réagir, la vraie gauche devrait retourner sa langue dans sa bouche… plusieurs fois.

La flat-tax d’Obwald et ses 14,4 millions pour intempéries

Inondation obwald

Le Conseil fédéral a bien raison de proposer au Parlement une contribution extraordinaire pour réparer les dégâts dus aux intempéries de 2005.

Le canton d’Obwald a été en fortement touché dans son infrastructure routière. Les 14,4 millions de francs de la solidarité confédérale sont donc légitimes.

Justement, parlons de solidarité confédérale et intercantonale. Car tout se tient !

Peut-on dans le même temps tendre la main pour recevoir les fonds du peuple suisse et dans le même temps introduire la flat-tax à Obwald, qui remet une couche de paradis fiscal au détriment du peuple suisse ?

S’il y avait un vrai gouvernement dans notre pays, il conditionnerait les 14,4 millions d’aide à un minimum d’harmonisation fiscale… Il n’y a pas de raison de payer pour un gouvernement cantonal qui cherche à canibaliser les autres. Finalement, nous allons payer deux fois.

Merci ! pour ces 25 ans de secrétaire politique…

Le photographe photographiéC’est une partie de moi-même qui se termine ces jours. Une partie de ma vie. J’aurais certainement dû le faire auparavant, mais une petite voix intérieure me fait aussi dire que c’est aujourd’hui que je vois venir un authentique renouvellement au POP vaudois (11 nouveaux sur 18 au comité directeur élu, une majorité de moins de trente ans…).

Je voulais vous remercier pour tout ce que vous m’avez permis de vivre. Après mon engagement de pasteur à Paris, j’ai vécu depuis 1983, 25 ans d’engagement politique extraordinaire, fait de rencontres humaines merveilleuses, d’années folles de vie personnelle, constituées aussi de séparations et parfois de douleurs, qui sont le propre de toute vie qui se donne à fond pour une cause.

Rien ne m’a jamais tenu autant en haleine, nuit et jour, que la transformation de mon parti en instrument de lutte, débarrassé de sectarisme, de langue de bois, un instrument populaire à vocation majoritaire.

Je pourrais me souvenir des moments forts électoraux, des premières, des temps de mémorables de rencontres privilégiées, comme avec Yasser Arafat… Mais je veux surtout me souvenir des actions mémorables collectives d’éclat, qui ont mélangé l’engagement personnel, l’imagination et la communauté.

Ainsi, lorsque nous sommes allés piquer dans les services de l’Etat de Vaud, des dizaines de milliers de lettres personnelles destinées à des baisses de subsides d’assurance-maladie et que nous avons déposées sur le bureau du Grand Conseil le lendemain… Et comment oublier le déménagement à Obwald pour combattre la dégressivité fiscale, combat par la suite victorieux au Tribunal fédéral !

Je voudrais aussi remercier ceux et celles qui m’ont critiqué, bousculé, contredit parfois durement. Ils ont eu raison de le faire. On ne peut pas avancer sans confrontation permanente. La vérité ne fait son chemin que dans la contradiction. Le mouvement ne naît que dans l’opposition des idées, même dans un même parti.

Finalement, je suis heureux de cette période qui se clôt.

Je ne suis pas mécontent de retrouver une liberté de parole. Presque 25 ans à tenir une barque, pèse aussi, crée une carapace, donne surtout l’impression que l’essentiel est dans la défense d’un appareil, alors qu’au fond de moi-même, j’ai lutté de toutes mes forces contre le sectarisme et l’idéologie partidaire.

Je vais reprendre un militantisme de base que j’affectionne, sur au moins trois thèmes qui me tiennent à coeur, car je suis surtout un constructeur, bâtisseur, même si mon crève-coeur restera de n’avoir jamais pu accéder à une responsabilité exécutive dans la durée:

* l’avenir de l’agriculture de proximité et notre relation avec l’avenir alimentaire de la planète
* la question de la décroissance et d’un autre mode de vie de simplicité volontaire, de relocalisation et d’économie de moyens
* la question religieuse et plus personnellement la mise en mouvement que cet exilé nazaréen a initié il y a quelques 2000 ans

Pour le reste, je serais le relais au Parlement fédéral, des luttes de la gauche d’opposition que j’espère prochainement unifiée, populaire et frondeuse.

Merci à mes camarades, à tous ces amis que j’ai rencontré dans les luttes du quotidien. Et courage et imagination à Damien Wirths qui reprend ce combat d’animateur du parti…

Pourquoi Obwald était un devoir…

ZYSIADIS-2

Sur les 200 députés au Parlement fédéral, moins de 20 n’appartiennent pas à un parti gouvernemental, cela veut dire que 90 % des parlementaires sont étroitement liés à ce gouvernement qui mène notre pays au désastre social et écologique que nous connaissons. Sans parler des Verts qui rêvent de devenir un parti gouvernemental… En fait, cela doit être une situation unique au monde, cette absence de véritable opposition, avec des partis qui de l’extrême droite UDC jusqu’au socialistes se partagent tout le pouvoir.

Depuis 1991 que je siège au Parlement fédéral, je constate que l’absence d’un groupe de la gauche combative et d’opposition est dommageable pour les intérêts populaires. Quelle différence avec le canton de Vaud où la présence du POP permet d’alerter et parfois d’empêcher les coups bas des puissants.

Lors que j’ai décidé de déménager à Obwald pour lutter contre les impôts dégressifs, j’ai récolté les sarcasmes de la droite et de la gauche bien pensante. Encore un coup médiatique pour faire parler de lui ! Comme si nous avions d’autres moyens pour faire connaître notre opposition à cette injustice fiscale. Les socialistes avaient décidé d’abandonner la lutte de la contestation de la décision populaire du peuple obwaldien au Tribunal fédéral. Il était logique que je refuse cette situation et que nous utilisions tous les moyens disponibles pour empêcher la mise en place d’un système fiscal fondamentalement anticonstitutionnel.

Sur place à Obwald, ce ne fut pas du gâteau : pressions sur mes logeurs, mes soutiens, mesquineries administratives. Bref, tout l’arsenal disponible fut utilisé pour empêcher que le recours soit déposé à temps par les trois obwaldiens et moi-même. Du 1er février 2006 au 1er juin 2007, toutes ces personnes courageuses ont été quasiment mises au ban de la société obwaldienne, traitées comme des parias, parce qu’elles avaient osé contester avec un « communiste romand et balkanique » la décision du peuple, qu’elles trouvaient fondamentalement inique.

Mais le résultat est là et il fera date. Le tribunal fédéral a reconnu é 6 juges contre 1 que les impôts dégressifs du canton d’Obwald n’étaient pas conforme à la Constitution du pays. Il s’agit d’une victoire considérable, non seulement pour le peuple obwaldien, mais pour l’ensemble du pays. Il ne s’agit pas d’une victoire personnelle, encore que cela fasse toujours plaisir lorsqu’on a payé de sa personne. Il s’agit d’une victoire d’A Gauche toute ! sur le plan national. Politiquement, là ou les socialistes et les verts ont baissé les bras, nous avons repris le flambeau de la lutte. Ensuite, ce recours n’aurait jamais été possible sans l‘aide efficace de nos camarades de suisse alémanique des Listes Alternatives.

Cet exemple démontre, mais nous aurions pu aussi bien parler du référendum contre l’Assurance invalidité ou du lancement de l’idée de Caisse unique d’assurance maladie, cela démontre simplement que sans la gauche d’opposition, sans la gauche combative, la résistance, la lutte pour des idéaux de gauche auraient passé à la trappe.

Aidez-nous par votre vote à renforcer ce pôle d’opposition de gauche !

Impôts dégressifs: on saura le 1er juin…

C’est donc confirmé: il y aura une audience publique le 1er juin 2007 à 9H au Tribunal fédéral à Lausanne, afin de juger sur le recours que nous avons déposé avec 3 Obwaldiens contre la loi d’impôt scandaleuse du canton d’Obwald.

Depuis février 2006, nous attendons la date de cet important jugement qui va marquer la politique fiscale suisse et intercantonale.

Pour rappel, après l’abandon des socialistes suisses dans la recherche des recourants dans le canton d’Obwald, il avait fallu que je démènage dans ce canton pour trouver des citoyens oppositionnels d’Obwald et déposer ensemble solidairement ce recours.

J’aurais l’occasion de revenir dans les jours qui viennent sur cette question politique qui a des répercussions y compris internationales.