24 heures semble ne plus croire à la non élection de Josef

24h_zblog

S’il est une chose qui aura été constante durant cette campagne pour l’élection au Conseil d’Etat, c’est la détestation manifestée par 24 heures à l’égard de la candidature de Josef.

Le quotidien vaudois et ses rédacteurs politiques ont en effet décidé dès le début de soutenir la droite, et c’est bien sûr leur droit. Il y a même là une certaine logique, lorsque l’on songe que l’essentiel des revenus du journal provient de la publicité, une publicité dont les deniers sortent en grande partie des poches de ceux pour qui travaillent politiquement monsieur Leuba et madame De Quattro.

Mais ce qui aura été amusant, c’est de voir 24 heures user parfois de méthodes jusque là peu courantes dans les colonnes politiques du journal.

L’autre jour, Michel Pont se transformait ainsi en comportementaliste pour vanter la droite et dénigrer la gauche, allant même jusqu’à inviter dans sa page un très amusant, quoiqu’un peu ridicule, «expert en communication».

Aujourd’hui, ne sachant décidément plus comment faire passer son message électoraliste, le même Michel Pont revêt le turban de la divination et fait parler sa boule de cristal: «Au terme d’un marathon électoral, les Vaudois aspirent au statu quo» – et pour la Loterie à numéros, quelles sont les prévisions?

Surtout, faisant l’inventaire des qualités (pour la droite) et des défauts (pour la gauche) des candidats du deuxième tour, le journaliste politique de 24 heures lit non plus dans sa boule magique, mais directement dans les entrailles de Josef: «le popiste semble ne plus croire en ses chances depuis le premier tour».

Arrivé là — à ce niveau d’analyse — soit Michel Pont voit dans ses rêves le candidat A gauche Toute! lui faire des confidences, soit 24 heures, n’arrivant plus à croire rationnellement à la non élection de Josef, s’est mis à la méthode Coué.

C’est pas tous les jours facile…

pmg

Débat à 24 heures, suite…

Vous le savez, vendredi après-midi avait lieu un débat dans les locaux du quotidien vaudois, entre Philippe Leuba et Josef Zisyadis, débat animé par les journalistes Michel Pont et Laurent Busslinger. L’article qui allait en résulter devait paraître le lendemain, soit samedi. Mais finalement, la parution de ce débat dans 24 heures a été reportée à lundi.

En attendant, voilà d’autres images de la rencontre entre le candidat libéral et Josef.

Débat à l’émission de radio Forum

forum1

Hier dimanche, les candidats du deuxième tour se sont retrouvés au restaurant Le Pur, à Lausanne, où était enregistré un débat de l’émission Forum de la RSR.

L’occasion pour les candidats de gauche de réaffirmer leur attachement commun à un projet de société pour un canton de Vaud plus solidaire et plus écologiste face à Philippe Leuba et Jacqueline De Quattro, deux candidats d’une droite proche des milieux d’affaires et qui n’a de centriste que le nom.

forum2
François Marthaler, Josef Zisyadis et Anne-Catherine Lyon, unis pour un vrai projet de société qu’ils veulent mener au Conseil d’Etat, au côté de Pierre-Yves Maillard.

forum3
De ce côté là du débat, l’ambiance est confiante et détendue…

forum4
… Même lorsqu’il s’agit de répondre aux attaques de la droite.

forum5

Un débat qui, malgré les apparences, ne s’est pas déroulé au café du Commerce.

forum_fin
A la prochaine…

Extraits vidéo de l’émission

rHumeur: Leuba en perd son vernis

leubaIl paraît que depuis dimanche soir, le candidat libéral doit changer de chemise toutes les deux heures tellement il transpire d’inquiétude. L’élection de Pascal Broulis au premier tour — et donc son absence sur l’affiche du second tour — enlèverait en effet toute légitimité à l’appelation « centre droite » de Philippe Leuba, lequel apparaîtrait dorénavant sous son vrai jour: un libéral pur et dur, avide de partager les richesses du canton de Vaud entre ses petits maîtres de l’économie privée.

Taux de probabilité: 36%

rHumeur: Début de révolte chez Pascal Broulis (suite)

animeIl paraît que la remarque d’un de ses ex-collaborateurs aurait beaucoup fait réfléchir Pascal Broulis sur la mauvaise influence qu’aurait Philippe Leuba sur lui. Le candidat radical aurait donc immédiatement écrit à un spécialiste en communication pour lui demander conseil. Le résultat est visible sur le site de Pascal Broulis, où l’on voit ce dernier attendre la réponse du spécialiste devant son écran, la lire et délivrer son nouveau message politique: « Vendredi, jour du poisson… J’encourage tout un chacun à manger sain, c’est bon pour la santé. »

Taux de probabilité: 49,5%

rHumeur: Début de révolte chez Pascal Broulis

animeIl paraît qu’un collaborateur de Pascal Broulis lui aurait fait remarquer que l’annonce parue aujourd’hui dans 24 heures contre la caisse unique était assez stupide: « Pascal, tout d’abord, les assureurs ne demandent jamais leur avis aux assurés avant d’augmenter annuellement leurs primes. Ensuite, les radicaux ne vont pas se mettre à l’avenir à demander le leur aux contribuables avant d’augmenter les impôts, directement ou indirectement… » Tout en licenciant avec effet immédiat ce candide collaborateur, le candidat radical aurait soupiré: « Si je continue de trop écouter Philippe Leuba, je vais commencer à faire des conneries… »

Taux de probabilité: 32,5%

broulis_24h

rHumeur: Leuba en a marre des pauvres

leubaIl paraît qu’en découvrant ce matin qu’Ernesto Bertarelli était toujours le Suisse le plus riche, Philippe Leuba se serait écrié, en s’aspergeant d’eau de toilette: « Zut, crotte, m…, c’est trop injuste que même les pauvres aient le droit de vote. Se serait quand même plus facile pour les libéraux si seuls les riches étaient autorisés à élire les Conseillers d’Etat… » Le nouvel ami de Pascal Broulis aurait même versé une larme en pensant à tout le travail que devait fournir ses collaborateurs durant cette campagne pour convaincre la classe moyenne qu’elle devait se laisser dépouiller avec le sourire par les bailleurs de fonds du parti libéral. »

Taux de probabilité: 25%

rHumeur: Broulis serait la marionnette des actionnaires des caisses maladie

animeUne nouvelle rumeur vient démentir celle qui prétendait que Pascal Couchepin instrumentalisait Pascal Broulis. Il paraît en effet que le coup de fil reçu par le candidat radical n’émanait pas du Conseiller fédéral, mais de Philippe Leuba, lequel rappelait à son co-listier la consigne donnée aux candidats de droite par les actionnaires des caisses maladie.

Taux de probabilité: 9%

Aznavour, un homme qui sait s’engager

aznavour_matin

«Je connais le mode de vie des enfants de l’immigration, mes parents ont émigré, eux aussi, et que ce soit 80 ans avant ou après, c’est pareil. (…) Le gouvernement devrait faire un effort et se pencher sur ces cas. Sinon, quand il y a des mouvements de jeunes, il ne faut pas qu’ils s’en étonnent. Pourquoi y a-t-il des mouvements ? Parce qu’ils ont faim. Ils voient des gens qui ont tout, comme moi. Si je veux un poste de radio, je me l’achète. Eux, il faut qu’ils le volent, mais croyez-moi, il préféreraient le payer.»

Dans le Matin Dimanche, Charles Aznavour fait preuve d’une impeccable lucidité. Son interview a sans doute fait s’étrangler d’indignation, ce matin, tous les candidats de droite au Conseil d’Etat et au Grand Conseil.

Aznavour… C’était il y a quelques années, à Bordeaux. Josef faisait son possible pour que la Suisse reconnaisse le génocide arménien et il avait rendez-vous avec le chanteur dans sa loge, après le spectacle. Les deux hommes avaient évoqué la tragédie arménienne, la Grèce, la Suisse. Aznavour avait aussi parlé de son enfance à Paris, de la guerre, des liens de ses parents avec la MOI (Main d’Oeuvre Immigrée), ce groupe de résistants communistes dont parle le poème d’Aragon «L’affiche rouge».

Aznavour est un homme de bien. Espérons que ses propos gâchent encore souvent le petit déjeuner des Leuba et des Mermoud du monde entier.