Vite, une ville lente !

ralentir-la-ville

La Mairie de Vaux-en-Velin en partenariat avec la revue Le Sarkophage organise samedi 30 janvier 2010 des conférences et débats publics autour du thème central « Ralentir la ville… pour une ville solidaire ».

Bernard Genin, le Maire de cette ville de la banlieue de Lyon est un communiste original, communiste dissident, disent certains ou rénovateurs comme son prédécesseur, Maurice Charrier.

Son discours est clair: « Les villes sont au coeur de toutes les crises qui frappent nos sociétés: crise sociale avec des populations ségréguées et stigmatisées, mais aussi crise écologique avec un productivisme destructeur. »

Pas étonnant qu’il fasse le lien entre ces deux préoccupations étroitement liées dans la pratique sociale ou municipale. La remise en cause de la société du « toujours plus », passe nécessairement par une remise en cause du capitalisme et du productivisme.

Ce n’est donc pas par hasard, qu’il s’est associé avec Paul Ariès pour l’organisation de cette journée de débats. Journée qui se terminera par un meeting avec Jean-Luc Mélenchon, Georges-Marie Buffet, un invité du NPA et… un suisse pour une conclusion de la journée.

La question de la lenteur en ville commence à devenir une revendication fondamentale de la décroissance au quotidien. Des dizaines de villes en Europe sont en train de s’engager dans cette voie par une démarche venue de la base.

On retrouve plusieurs préoccupations réunies: gratuité des transports publics, multiplication des zones piétonnes, augmentation des espaces de gratuité (gaz, eau, électricité) nécessaire à la vie quotidienne mais taxation du mésusage, développement du commerce artisanal de proximité et de l’agriculture contractuelle, réduction des consommations énergétiques, exclusion des OGM, sauvegarde des coutumes régionales et des produits locaux, développement de l’économie sociale et solidaire, processus de démocratie directe.

Comme disait Anne Franck (1929-1945): « La chose importante à garder en tête est qu’il ne faut jamais attendre pour commencer à changer le monde. »