Pour la souveraineté alimentaire

Un billet de Damien Wirths, Jeunesse A Gauche toute! et candidat AGT au Grand Conseil.

Politique Agricole (PA) 2011: la résistance s’organise

affiche_terreNos producteurs locaux sont mis en concurrence avec des exportateurs étrangers qui, à grand frais écologiques – kérozène, pètrole, CO2 – font venir souvent de très loin des denrée que l’on cultive aussi de par chez nous!

Si le prix de revient du travail de la terre n’a eu de cesse de baisser depuis une dizaine d’année (selon Gauchebdo, les prix à la production ont chuté de 24%), c’est que les producteurs étrangers sont surexploités, ce qui permet à ces produit d’arriver chez nous à des prix cassés!

La Confédération veut accélérer le mouvement, ôter toutes les barrières, supprimer toutes subventions (division par deux des aides à la production), pour que d’aucuns puisse faire d’autant plus de profit chez nous (mise à niveau sur les prix étrangers), au détriment de toute production locale puisque l’on se moque de l’impact sur les salaires.

Dérégulation, alignement mondialisé pour faire de l’agriculture un grand marché voué au culte du profit et du rendement; le tout sous l’égide de l’OMC dont les négociateurs suisse n’ont que faire du citoyen! Heureusement que des voix s’élèvent pour défendre l’humain, le travailleur, celui sur le dos de qui tout ce profit va se dégager sans qu’ils n’en touche un centime!

La résistance s’organise afin de ralentir ces réformes, les infléchir, et les enrayer!

Josef Zisyadis a déposé lundi au conseil national un «refus d’entrer en matière», dans le débat qui aura lieu sur PA 2011 au parlement, les du 13 au 15 mars. Ce faisant, il montre son attachement à la lutte d’un monde paysan – qu’il a toujours soutenu – qui a notamment réuni une pétitions de 37 000 signatures (réunies par Uniterre et la coopérative Longo Maï). Un monde paysan qui mène à travers Willy Cretegny une grève de la faim sur la place fédérale. Selon lui, PA 2011 «va conduire à l’industrialisation de l’agriculture. Les normes vont se durcir pour nous, alors que la Confédération importe de plus en plus de produits étrangers. Je veux demander aux parlementaires s’ils veulent voir les paysans crever devant eux.»

Damien Wirths