A trop vouloir enterrer la Gauche…

ceder capituler

Les commentateurs ne savent pas trop quoi dire sur les élections neuchâteloises. C’est vrai que c’est embêtant ces résultats, ils voulaient tellement qu’ils soient différents…

Tiens, la Gauche anticapitaliste (POP & solidaritéS) se renforce. Elle passe de 7 à 10 sièges. Les Verts passent de 10 à 14 sièges. Et les sociaux-libéraux qui ont pratiqué une politique d’austérité à l’égard des salariés les plus modestes… reculent de 5 sièges. Et, cerise sur le gâteau, l’UDC boit la tasse avec 4 sièges en moins.

Intéressant, cette première élection romande depuis la crise financière. Cela ne sert à rien de tartiner longuement sur le score de Fernand Cuche. Il n’a rien de désastreux en soi, à partir du moment que chaque parti a présenté des listes autonomes et complètes pour le Gouvernement… Non seulement la droite a perdu son pari, mais le message de la population est claire: assez d’une soit-disant gauche qui veut singer la politique de droite !

Deux commentaires annexes pour notre gauche, la gauche alternative:

1. Elle a su s’unir. Elle a proposé une alternative. Les milieux modestes l’ont entendu. Le POP & solidaritéS ont su dépasser les clivages d’appareil. Cela démontre aussi que la population souhaite une vraie force politique alternative de gauche.

2. Entre les textes absolus de congrès et la réalité politique locale militante, il y parfois de la coupe aux lèvres. solidaritéS peut bien dans son congrès déclarer refuser toute alliance… il se trouve qu’à Neuchâtel, solidaritéS est dans le même groupe que les Verts et le POP et qu’un de ses Municipaux fait partie de la majorité gouvernementale en Ville de Neuchâtel. Principe, principe, quand tu nous tiens…

En attendant la nécessaire unité de la gauche alternative dans les futures élections cantonales genevoises de cet automne, il ne nous reste plus qu’à travailler pour tisser des liens, lutter ensemble et dépasser les clivages entre tous les anticapitalistes de ce pays.

Dimanche 11 mars 2007

Secrétariat A Gauche Toute!
Dimanche après-midi, depuis son bureau de la maison du peuple, Josef a suivi les résultats des élections en compagnie de membres d’A Gauche Toute! (Ici, de gauche à droite, Elena Torriani, Olivier Morattel, Anne Papilloud, Arthur Auderset et Marc Vuilleumier.)

Josef et Anne-Catherien Lyon
Dans la soirée, il s’est rendu à la Place du Château, à l’ancienne Ecole de chimie, où il a notamment retrouvé la socialiste Anne-Catherine Lyon…

Josef et TVRL
… Et où il s’est exprimé devant les caméras des télévisions.

Photos: François « Pachito » Graf

Gratuité des transports publics: l’exemple belge

Voici la lettre de lecteur qu’Olivier Morattel a fait paraître hier dans 24 heures:

 alt=« A quelques jours des élections cantonales vaudoises, nous considérons qu’il est intéressant d’élargir le débat, en expliquant le concept de mobilité de la ville belge de Hasselt, qui est effectif depuis le 1er juillet 1997.

En effet l’exemple de Hasselt démontre, avec clarté, le bien fondé et la faisabilité de notre projet de rendre gratuit les transports publics vaudois.

Une ville comparable à Lausanne

Hasselt est une ville de Flandre, capitale de la province du Limbourg. Elle compte 68.000 habitants et se trouve être le centre névralgique d’une région de 800.000 habitants. Les grandes villes de cette région sont Maastricht, Liège ou encore Aix-La-Chapelle. Elle est un grand centre universitaire et une ville de commerces et de services. C’est une ville qui peut-être comparée à Lausanne!

En 1997, Hasselt pour faire face à une intense circulation routière et pour conserver un centre-ville vivant et convivial, a décidé d’aborder autrement la problématique de la mobilité. Le gris (le béton) devait laisser la place au vert.

L’avenue circulaire qui fait le tour du centre-ville – le « petit ring » – est devenu un Boulevard vert. Cette voie a été transformée et l’espace ainsi regagné a permis d’aménager des sentiers piétonniers et des pistes cyclables bien larges. Sur le Boulevard vert et aux alentours ont été plantés 450 arbres et des milliers d’arbustes. La circulation locale est orientée vers des terrains de parking et le trafic de transit est aiguillé en dehors du ventre via le « grand ring ».

Grande amélioration pour l’écologie

Une mesure plus spectaculaire a été d’opter pour des autobus gratuits et l’amélioration du réseau d’autobus en juillet 1997. Depuis cette date, les autobus, dont le parc a été renouvelé, sont trois fois plus nombreux à circuler tous les jours dans Hasselt. Ils effectuent six fois plus de voyages sur des lignes dont le nombre a doublé. Ainsi le nombre d’utilisateurs de ces transports en commun a été multiplié par huit.

Les avantages de cette politique pour l’environnement et la sécurité routière sont réels. Il y a moins d’accidents, les automobilistes sont moins rapides et la voiture est moins souvent employée pour les déplacements en ville. Au cours d’une enquête, 16 % des utilisateurs actuels de l’autobus déclarent qu’avant, ils auraient opté pour la voiture.

La nouvelle politique de mobilité de Hasselt fait donc coup double. La ville est le centre conservent une accessibilité optimale et l’atmosphère est meilleure!

Nous pouvons encore ajouter que grâce à sa politique de mobilité novatrice, Hasselt peut se vanter d’être devenu le quatrième centre commercial de Belgique. »

Olivier Morattel, membre du comité directeur du POP & Gauche en mouvement

Pour la souveraineté alimentaire

Un billet de Damien Wirths, Jeunesse A Gauche toute! et candidat AGT au Grand Conseil.

Politique Agricole (PA) 2011: la résistance s’organise

affiche_terreNos producteurs locaux sont mis en concurrence avec des exportateurs étrangers qui, à grand frais écologiques – kérozène, pètrole, CO2 – font venir souvent de très loin des denrée que l’on cultive aussi de par chez nous!

Si le prix de revient du travail de la terre n’a eu de cesse de baisser depuis une dizaine d’année (selon Gauchebdo, les prix à la production ont chuté de 24%), c’est que les producteurs étrangers sont surexploités, ce qui permet à ces produit d’arriver chez nous à des prix cassés!

La Confédération veut accélérer le mouvement, ôter toutes les barrières, supprimer toutes subventions (division par deux des aides à la production), pour que d’aucuns puisse faire d’autant plus de profit chez nous (mise à niveau sur les prix étrangers), au détriment de toute production locale puisque l’on se moque de l’impact sur les salaires.

Dérégulation, alignement mondialisé pour faire de l’agriculture un grand marché voué au culte du profit et du rendement; le tout sous l’égide de l’OMC dont les négociateurs suisse n’ont que faire du citoyen! Heureusement que des voix s’élèvent pour défendre l’humain, le travailleur, celui sur le dos de qui tout ce profit va se dégager sans qu’ils n’en touche un centime!

La résistance s’organise afin de ralentir ces réformes, les infléchir, et les enrayer!

Josef Zisyadis a déposé lundi au conseil national un «refus d’entrer en matière», dans le débat qui aura lieu sur PA 2011 au parlement, les du 13 au 15 mars. Ce faisant, il montre son attachement à la lutte d’un monde paysan – qu’il a toujours soutenu – qui a notamment réuni une pétitions de 37 000 signatures (réunies par Uniterre et la coopérative Longo Maï). Un monde paysan qui mène à travers Willy Cretegny une grève de la faim sur la place fédérale. Selon lui, PA 2011 «va conduire à l’industrialisation de l’agriculture. Les normes vont se durcir pour nous, alors que la Confédération importe de plus en plus de produits étrangers. Je veux demander aux parlementaires s’ils veulent voir les paysans crever devant eux.»

Damien Wirths

Responsabilité sociale VS sauvagerie libérale

leuba

Sur le blogue vaud2007, une interview croisée de Josef Zisyadis et de Philippe Leuba permet une fois de plus de constater que tout ce que les libéraux ont à proposer, c’est que perdure un système qui permet depuis des décennies aux arogants petits maîtres de Philippe Leuba de s’enrichir sans jamais prendre la moindre responsabilité sociale.

L’occasion de rappeler que cette droite qui prétend une fois de plus conserver la gestion de l’Etat vaudois a pour seul but de le démenteler au profit d’une caste de bourgeois avides d’enrichissement et pleins de mépris envers celles et ceux qu’ils spolient. Une caste qui depuis trop longtemps pille les richesses de ce canton, et ceci avec l’active complicité des politiciens de droite.

pmg