Les forfaits fiscaux dans le collimateur populaire

ikea forfait

Nos amis de Alternative Liste de Zürich (AL-ZH) ont le mérite de la constance dans ses actions militantes. Ils auront traqué jusqu’au bout les forfaits fiscaux pour les riches fortunés étrangers.

il y a quelques années, AL lançait une initiative cantonale qui va enfin passer au vote populaire ce dimanche 8 février.

Après de multiples dénonciations publiques du milliardaire russe Viktor Vekselberg, principal bénéficiaire connu des forfaits fiscaux zürichois, la Liste Alternative est partie seule au combat.

Elle a réuni les signatures nécessaires, alors même que le nombre des forfaits fiscaux du canton zürichois ne dépasse pas les 150 cas.

Rien de comparable avec les quelques 1300 cas vaudois et les centaines de cas valaisans et genevois… tous ces cantons qui aiment bien faire la leçon aux cantons alémaniques sur leurs baisses fiscales pour les riches, tout en se taisant sur leurs pratiques cannibales constantes.

Finalement, les socialistes, les verts, des syndicats, des chrétiens ont rejoint l’exigence de la suppression de ces forfaits fiscaux de la Liste Alternative.

Il n’est pas exclu que sorte des urnes une victoire populaire. Peut-être parce que le nombre de cas à Zürich est finalement négligeable.

En cas de victoire, la gauche d’opposition devrait se préparer à faire tâche d’huile, en élargissant le front du refus aux cantons romands.

Infiltration Securitas: Vaud savait depuis février 2004

infiltration

En réponse à ma question de hier au Conseil fédéral sur les pratiques d’infiltration de Securitas et surtout sur ma demande de la date à laquelle la Police fédérale a informé le canton de Vaud sur ces pratiques… le Conseil fédéral répond avec une clarté absolue:

La police fédérale a averti la police cantonale vaudoise en février 2004.

Dès lors, il s’agit maintenant de clarifier qui ment ou fait semblant de ne pas savoir:

1. la police cantonale vaudoise ?
2. le Conseil d’Etat vaudois ?
3. la police fédérale ?
4. le Conseil fédéral ?

Sans aucun doute, nous saurons très bientôt…

Pourquoi Obwald était un devoir…

ZYSIADIS-2

Sur les 200 députés au Parlement fédéral, moins de 20 n’appartiennent pas à un parti gouvernemental, cela veut dire que 90 % des parlementaires sont étroitement liés à ce gouvernement qui mène notre pays au désastre social et écologique que nous connaissons. Sans parler des Verts qui rêvent de devenir un parti gouvernemental… En fait, cela doit être une situation unique au monde, cette absence de véritable opposition, avec des partis qui de l’extrême droite UDC jusqu’au socialistes se partagent tout le pouvoir.

Depuis 1991 que je siège au Parlement fédéral, je constate que l’absence d’un groupe de la gauche combative et d’opposition est dommageable pour les intérêts populaires. Quelle différence avec le canton de Vaud où la présence du POP permet d’alerter et parfois d’empêcher les coups bas des puissants.

Lors que j’ai décidé de déménager à Obwald pour lutter contre les impôts dégressifs, j’ai récolté les sarcasmes de la droite et de la gauche bien pensante. Encore un coup médiatique pour faire parler de lui ! Comme si nous avions d’autres moyens pour faire connaître notre opposition à cette injustice fiscale. Les socialistes avaient décidé d’abandonner la lutte de la contestation de la décision populaire du peuple obwaldien au Tribunal fédéral. Il était logique que je refuse cette situation et que nous utilisions tous les moyens disponibles pour empêcher la mise en place d’un système fiscal fondamentalement anticonstitutionnel.

Sur place à Obwald, ce ne fut pas du gâteau : pressions sur mes logeurs, mes soutiens, mesquineries administratives. Bref, tout l’arsenal disponible fut utilisé pour empêcher que le recours soit déposé à temps par les trois obwaldiens et moi-même. Du 1er février 2006 au 1er juin 2007, toutes ces personnes courageuses ont été quasiment mises au ban de la société obwaldienne, traitées comme des parias, parce qu’elles avaient osé contester avec un « communiste romand et balkanique » la décision du peuple, qu’elles trouvaient fondamentalement inique.

Mais le résultat est là et il fera date. Le tribunal fédéral a reconnu é 6 juges contre 1 que les impôts dégressifs du canton d’Obwald n’étaient pas conforme à la Constitution du pays. Il s’agit d’une victoire considérable, non seulement pour le peuple obwaldien, mais pour l’ensemble du pays. Il ne s’agit pas d’une victoire personnelle, encore que cela fasse toujours plaisir lorsqu’on a payé de sa personne. Il s’agit d’une victoire d’A Gauche toute ! sur le plan national. Politiquement, là ou les socialistes et les verts ont baissé les bras, nous avons repris le flambeau de la lutte. Ensuite, ce recours n’aurait jamais été possible sans l‘aide efficace de nos camarades de suisse alémanique des Listes Alternatives.

Cet exemple démontre, mais nous aurions pu aussi bien parler du référendum contre l’Assurance invalidité ou du lancement de l’idée de Caisse unique d’assurance maladie, cela démontre simplement que sans la gauche d’opposition, sans la gauche combative, la résistance, la lutte pour des idéaux de gauche auraient passé à la trappe.

Aidez-nous par votre vote à renforcer ce pôle d’opposition de gauche !

Radicale mobilisation…

Samedi matin, au marché de Renens, les Radicaux ont monté un stand de campagne pour le deuxième tour des élections au Conseil d’Etat.

Visiblement, la mobilisation autour des candidatures de Jacqueline De Quattro et de son co-listier libéral Philippe Leuba fut… radicalement un flop.

stand1

stand2

Merci à la camarade Simone Szenyan pour ces photos.

Pour une majorité de gauche

Pour une majorité de gauche au Conseil d'Etat vaudois

Pour une majorité de gauche au Conseil d’Etat, il faut soutenir l’élection, le 1er avril, de Anne-Catherine Lyon, François Marthaler et Josef Zisyadis. Ainsi, avec Pierre-Yves Maillard, ils pourront construire un canton de Vaud plus solidaire et plus écologiste.

Photo: François Graf.

Signez l’appel unitaire!

Cliquez sur ce lien puis sur « soutiens »

Conférence de presse unitaire

IMG_1729

Aujourd’hui à Lausanne, Anne-Catherine Lyon, François Marthaler et Josef Zisyadis donnaient une conférence de presse pour présenter les « mesures prioritaires » élaborées en commun par Les Verts, le Parti Socialiste et A Gauche Toute! Soutenus par Pierre-Yves Maillard, les trois candidats ont ainsi exprimé leur volonté d’obtenir une majorité de gauche au Conseil d’Etat vaudois, ceci afin de mener à bien un véritable projet de société , lequel va sans conteste largement au-delà de ce que propose la droite.

Anne-Catherine Lyon a également souligné une des spécificités de la gauche par rapport à la droite: Verts, Socialistes et A Gauche toute! sont indépendants de l’économie privée et n’ont de comptes à rendre qu’à leurs électeurs. Et, en toute transparence, la Conseillère d’Etat socialiste a révélé que le budget de campagne des trois candidats pour le deuxième tour était de 90 000 francs et financé par les cotisations des membres des trois formations.

IMG_1745

La victoire est à portée de voix!

Améliorer la qualité de vie, renforcer le service public, défendre les salarié-e-s, protéger l’environnement et développer la solidarité: nos objectifs pour le canton sont clairs.
Indépendant-e-s de tout lobby, nous avons pour seule motivation de répondre au mieux aux besoins de la population. Là où certains préfèrent le profit à court terme, nous misons sur une économie plus durable et au service du bien commun.

Au Conseil d’Etat, Pierre-Yves Maillard a besoin de
François Marthaler, Josef Zisyadis et Anne-Catherine Lyon.

Ne pas modifier la liste, c’est garantir de pouvoir réaliser nos objectifs!
Le 1er avril, votez pour les 3 candidat-e-s

Deux extraits vidéos de la conférence de presse

conférence de presse 1 envoyé par Pmoriergenoud

Conférence de presse 2 envoyé par Pmoriergenoud

1er avril: la victoire à portée de voix

Merci à toutes celles et tous ceux qui m’ont soutenu pour ce 1er tour !

Une campagne électorale, c’est avant tout des rencontres humaines, des tranches de vie, des sourires, de l’affection et des révoltes exprimées. On passe en revue le canton, ses régions. ses problèmes, ses terroirs. Un jour, il pleut, un autre c’est le grand soleil. Des camarades sont là, ils vous encouragent, racontent leur vie ou comment ils vont convaincre d’aller voter. Des visages inconnus vous transmettent leur assurance et leur joie.

Au bout de 5 semaines, on ressort certes fatigué, mais heureux bien sûr, du résultat de 32%. Après tant de travail pour rassembler autant de candidatures pour le Parlement dans tout le canton, un brin de mélancolie vous envahit devant le résultat largement pas à la hauteur des résultats électoraux de notre formation A Gauche toute !.

Dans quelques heures, tout sera reparti pour le 2ème tour au Gouvernement. La nouvelle majorité, on la veut. Même avec un Parlement de droite. Il n’y a aucune raison de délaisser toute possibilité de rendre la vie plus belle, plus libre, plus harmonieuse. Et cela passe aussi par la conquête de la majorité au Conseil d’Etat, avec Anne-Catherine Lyon, François Marthaler et Pierre-Yves Maillard déjà élu au 1er tour.

Dès lundi, chacune et chacun pourra voter pour faire barrage à la droite. N’oubliez pas que cette droite a un programme. On n’élit pas seulement des hommes et des femmes, mais une vision de la société.

Les futurs employés privatisés du Service des Automobiles peuvent avoir un avant-goût de ce qui peut les attendre si rien ne change…

Le Café vaudois n’est plus radical !

Les candidat-e-s au Conseil d’Etat du Parti socialiste et d’A Gauche toute ! ont présenté le 22 février au Café vaudois, le lieu de rencontre de la majorité, leur conception de l’Etat. Alors que l’Etat a regagné sa capacité d’action, il est impératif que chaque candidat-e au Conseil d’Etat ait une position claire quant aux sens et missions qu’il souhaite donner à l’Etat.

Conf. presse 4

Anne-Catherine Lyon, statistiques à l’appui, a montré l’augmentation du niveau général de formation de la population. Cet état de fait et les exigences grandissantes du marché du travail doivent nous inciter à créer un droit à la formation post-obligatoire (apprentissage, gymnase, HES, etc…), seul à même de garantir une égalité des chances dans le monde du travail. Entre femmes et hommes, des mesures concrètes sont urgentes pour enfin passer de l’égalité de droit à l’égalité de fait. Cela passe par une nouvelle loi sur l’égalité et le déploiement de mesures positives.

Pierre-Yves Maillard a souligné l’importance de développer de solides solidarités plutôt que de s’essouffler à développer des assistances trop coûteuses, compliquées et lacunaires. Une augmentation progressive des allocations familiales permet ainsi de sortir des familles de la précarité. Une révision de la fiscalité vaudoise permettrait de plafonner les effets du quotient familial pour redistribuer ces moyens aux familles de la classe moyenne.

Josef Zisyadis a insisté sur la nécessité de revoir en profondeur le mode de gestion des services publics. Des conseils d’usagers doivent être développés, les salarié-e-s doivent être impliqué-e-s dans la marche de l’Etat et des efforts de débureaucratisation doivent être menés pour rapprocher l’Etat du citoyen.