Gratuité des transports publics: l’exemple belge

Voici la lettre de lecteur qu’Olivier Morattel a fait paraître hier dans 24 heures:

 alt=« A quelques jours des élections cantonales vaudoises, nous considérons qu’il est intéressant d’élargir le débat, en expliquant le concept de mobilité de la ville belge de Hasselt, qui est effectif depuis le 1er juillet 1997.

En effet l’exemple de Hasselt démontre, avec clarté, le bien fondé et la faisabilité de notre projet de rendre gratuit les transports publics vaudois.

Une ville comparable à Lausanne

Hasselt est une ville de Flandre, capitale de la province du Limbourg. Elle compte 68.000 habitants et se trouve être le centre névralgique d’une région de 800.000 habitants. Les grandes villes de cette région sont Maastricht, Liège ou encore Aix-La-Chapelle. Elle est un grand centre universitaire et une ville de commerces et de services. C’est une ville qui peut-être comparée à Lausanne!

En 1997, Hasselt pour faire face à une intense circulation routière et pour conserver un centre-ville vivant et convivial, a décidé d’aborder autrement la problématique de la mobilité. Le gris (le béton) devait laisser la place au vert.

L’avenue circulaire qui fait le tour du centre-ville – le « petit ring » – est devenu un Boulevard vert. Cette voie a été transformée et l’espace ainsi regagné a permis d’aménager des sentiers piétonniers et des pistes cyclables bien larges. Sur le Boulevard vert et aux alentours ont été plantés 450 arbres et des milliers d’arbustes. La circulation locale est orientée vers des terrains de parking et le trafic de transit est aiguillé en dehors du ventre via le « grand ring ».

Grande amélioration pour l’écologie

Une mesure plus spectaculaire a été d’opter pour des autobus gratuits et l’amélioration du réseau d’autobus en juillet 1997. Depuis cette date, les autobus, dont le parc a été renouvelé, sont trois fois plus nombreux à circuler tous les jours dans Hasselt. Ils effectuent six fois plus de voyages sur des lignes dont le nombre a doublé. Ainsi le nombre d’utilisateurs de ces transports en commun a été multiplié par huit.

Les avantages de cette politique pour l’environnement et la sécurité routière sont réels. Il y a moins d’accidents, les automobilistes sont moins rapides et la voiture est moins souvent employée pour les déplacements en ville. Au cours d’une enquête, 16 % des utilisateurs actuels de l’autobus déclarent qu’avant, ils auraient opté pour la voiture.

La nouvelle politique de mobilité de Hasselt fait donc coup double. La ville est le centre conservent une accessibilité optimale et l’atmosphère est meilleure!

Nous pouvons encore ajouter que grâce à sa politique de mobilité novatrice, Hasselt peut se vanter d’être devenu le quatrième centre commercial de Belgique. »

Olivier Morattel, membre du comité directeur du POP & Gauche en mouvement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *