24 heures semble ne plus croire à la non élection de Josef

24h_zblog

S’il est une chose qui aura été constante durant cette campagne pour l’élection au Conseil d’Etat, c’est la détestation manifestée par 24 heures à l’égard de la candidature de Josef.

Le quotidien vaudois et ses rédacteurs politiques ont en effet décidé dès le début de soutenir la droite, et c’est bien sûr leur droit. Il y a même là une certaine logique, lorsque l’on songe que l’essentiel des revenus du journal provient de la publicité, une publicité dont les deniers sortent en grande partie des poches de ceux pour qui travaillent politiquement monsieur Leuba et madame De Quattro.

Mais ce qui aura été amusant, c’est de voir 24 heures user parfois de méthodes jusque là peu courantes dans les colonnes politiques du journal.

L’autre jour, Michel Pont se transformait ainsi en comportementaliste pour vanter la droite et dénigrer la gauche, allant même jusqu’à inviter dans sa page un très amusant, quoiqu’un peu ridicule, «expert en communication».

Aujourd’hui, ne sachant décidément plus comment faire passer son message électoraliste, le même Michel Pont revêt le turban de la divination et fait parler sa boule de cristal: «Au terme d’un marathon électoral, les Vaudois aspirent au statu quo» – et pour la Loterie à numéros, quelles sont les prévisions?

Surtout, faisant l’inventaire des qualités (pour la droite) et des défauts (pour la gauche) des candidats du deuxième tour, le journaliste politique de 24 heures lit non plus dans sa boule magique, mais directement dans les entrailles de Josef: «le popiste semble ne plus croire en ses chances depuis le premier tour».

Arrivé là — à ce niveau d’analyse — soit Michel Pont voit dans ses rêves le candidat A gauche Toute! lui faire des confidences, soit 24 heures, n’arrivant plus à croire rationnellement à la non élection de Josef, s’est mis à la méthode Coué.

C’est pas tous les jours facile…

pmg

2 réflexions au sujet de « 24 heures semble ne plus croire à la non élection de Josef »

  1. En tant que journalistes, nous avons un excellent baromètre de notre neutralité: tant que la gauche nous accuse d’être à droite, et que la droite nous accuse d’être à gauche, c’est que dans l’ensemble le journal est assez équitable. Cela n’est toutefois pas une garantie contre la parution occasionelle d’article plus positionnés sur l’échiquier politique. Libre à chacun de juger si c’est une bonne une bonne chose ou pas…

  2. « Cela n’est toutefois pas une garantie contre la parution occasionelle d’article plus positionnés sur l’échiquier politique »

    haahahaa.. vous poussez très loin l’art de l’euphémisme quand même!
    (et celui du foutage de gueule aussi, d’ailleurs…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *