Emeutes de jeunes à Tallinn

Le bureau exécutif du Parti de la Gauche Européenne, dont je suis membre, est réuni en ce moment à Tallinn en Estonie. Mais notre rencontre se déroule sous des manifestations et des émeutes de jeunes russophones. Suite à la décision du gouvernement de droite de déplacer une statue de bronze commémorant la fin du fascisme au centre de la capitale estonienne, spontanément des jeunes d’origine russe (communauté qui forme un bon quart de la population) se sont lancés dans des saccages des boutiques de luxe. Tallinn, la capitale de l’exonération d’impôt pour les nouvelles entreprises qui s’implantent est quadrillée depuis trois jours par des flics arrogants. Arrestations de centaines de jeunes… Violences physiques contre tout rassemblement. Bref, une fois de plus les même remèdes néo-libéraux face aux exigences démocratiques et aux besoins de reconnaissance des minorités…

Sirje Kingsepp

Courageuse, la jeune présidente du Parti de Gauche Estonien, Sirje Kingsepp… Elle a osé critiqué le gouvernement, condamné les violences policières, rompant le consensus anti-russophone, qui a créé une politique de discriminations scandaleuses envers une partie importante de la population, véritables apatrides dans leur propre pays.

Difficile d’en savoir plus en si peu de temps de présence dans le pays, mais la situation de discrimination et de chômage est une explication qui paraît évidente en l’état…

3 réflexions au sujet de « Emeutes de jeunes à Tallinn »

  1. Je suis assez surprise de votre réaction…
    Je vis a tallinn et je dois vous dire que votre analyse est plus qu’incomplète…
    N’ommetez pas d’indiquer que cette statue etait devenue un symbole de l’autorité russe déchue pour les nostalgiques de la dommination russe! De plus cette statue à été déplacée dans un cimetière militaire où elle a, à mon sens, plus sa place.
    Comment réagiriez vous si un symbole comme celui-ci existait en France?

  2. On peut aussi y voir un symbole de la lutte contre les nazis.
    A Paris, la station de métro Stalingrad n’a pas (encore)été débaptisée.
    Et on efface pas l’histoire comme ça non plus, que ça plaise ou non.
    En tout état de cause, il n’y a pas de quoi valoriser les nationalismes quels qu’ils soient. Pas besoin de rappeler où cela a mené il n’y a pas si lontemps en Europe!

  3. Ce débat n’a aucun sens ! Est ce que ce sont les Russes ou les Estoniens qui ont raison… Je pense que l’on peut en discuter encore longtemps. Je fais des études d’anthropologie et je travaille justement sur la question, c’est pourquoi je me permet d’en parler. Au premier abord mon sentiment fut le même que Mr Zisyadis. Je me suis demandée pourquoi déplacer un monument ? Comment est-ce possible de tenter de rayer une part de l’histoire de l’Estonie ? D’autant plus que ce monument représente quand même la victoire contre le nazisme… mais ce sont nos références, ces références ne sont pas les même pour les Estoniens. Pour eux, ce monument ne représente que cette période épouvantable qu’ils ont vécus sous la domination soviétique. Donc voici une chose…
    L’autre chose, c’est la décision du gouvernement de toucher à ce symbole si important pour les Russes et les Estoniens. Il savait très bien que les Russes allaient mal réagir. Je l’ai ressenti plutôt comme une provocation, une sorte de test révélateur de l’ambiance qui règne entre les Russes et les Estoniens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *