La sagesse de l’escargot

En ce jour pluvieux de l’Ascension, au lieu de combattre vainement les limaces dans les jardins… si nous retrouvions la sagesse de l’escargot.

Escargot décroissance

voici ce petit texte de Ivan Illich:

« L’escargot construit la délicate architecture de sa coquille en ajoutant l’une après l’autre des spires toujours plus larges, puis il cesse brusquement et commence des enroulements cette fois décroissants.

C’est qu’une seule spire encore plus large donnerait à la coquille une dimension seize fois plus grande. Au lieu de contribuer au bien-être de l’animal, elle le surchargerait.

Dès lors, toute augmentation de sa productivité servirait seulement à pallier les difficultés créées par cet agrandissement de la coquille au-delà des limites fixées par sa finalité.

Passé le point limite d’élargissement des spires, les problèmes de la surcroissance se multiplient en progression géométrique, tandis que la capacité biologique de l’escargot ne peut, au mieux, que suivre une progression arithmétique.

Ivan Illich in Le genre vernaculaire

Et si notre bonne vieille terre suivait l’enseignement pratique de l’escargot ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *