Les actionnaires sauvés par les chiens et la fumée

pitbull_Personeelsnet

Ce week-end, Hans-Rudolf Merz et ses actionnaires chouchoutés ont été sauvés de justesse grâce à l’arrivée sur le marché des votations cantonales de deux sujets genevois.

Il est en effet rare que les Genevois votent à 60%. Le bout du lac se manifestent plutôt à un niveau vaudois traditionnel de 40%, même avec le vote par correspondance.

La baisse des impôts pour les riches a donc eu le coup de pouce providentiel des votations genevoises sur les crocs des chiens et les volutes de fumée.

Car, on le sait, les votants épisodiques ou saisonniers sont plus sensibles aux campagnes de presse style « coup de matraques ». Et qui a mis du fric pour défendre les actionnaires à coup de millions ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *