Le M2 fait sa fête du blé et du pain à… Nantes

pain

Bon, c’est public maintenant. Même si cela fait des mois qu’on le savait sous le manteau de farine. La seule boulangerie dans le futur M2 sera une boulangerie française, Paul, qui fera venir son pain à des milliers de kilomètres pour le conditionner ici. De Nantes exactement, c’est la porte à côté, non ? Sans oublier que là-bas, les ouvriers boulangers sont payés 900 euros par mois.

Parce que chez nous, il n’y a pas de bons boulangers. C’est une évidence. En fait, ils ne sont pas assez bon pour les usagers M2, qui auront la chance d’être dans le métro automatique le plus en pente du monde et qui ont droit donc de déglutir la pâte la plus exotique… Oh, je sais, cela aurait pu être pire: faire venir le pain de Pologne ou de Tchéquie.

Bref, dans toute cette affaire il y a deux questions fondamentales:

1. Les pouvoirs publics, les services publics ont-ils une cohérence ?

2. Les pouvoirs publics, les services publics sont-ils gérés de manière démocratique ?

Il n’y a aucune cohérence à vouloir inaugurer un nouveau transport public, sensé remodeler les habitudes de transport des citoyens et se ficher de la souveraineté alimentaire des usagers. En plus pour une Municipalité de gauche…

Il n’y a pas de démocratie lorsque des boulangers de chez nous font des offres de prestation et qu’on ne leur répond même pas et qu’ils apprennent par voie de presse qu’ils n’ont pas été choisis…

Au fait qui a choisi ce boulanger Paul ? Sur la base de quels critères ? Quelle instance démocratique a été consultée ou associée à ce choix scandaleux qui jette le discrédit sur toute une profession locale ?

5 réflexions au sujet de « Le M2 fait sa fête du blé et du pain à… Nantes »

  1. Merci pour l’info, parce que moi je ne savais pas encore que les boulangeries suisses de Paul faisaient venir leur pain de France (comme excuse nous n’avons pas de boulangerie Paul sur la Riviera).
    Et entièrement d’accord sur ton positionnement.

  2. On le subodorait, mais on ne le disait pas. Pourtant, la question a été posée officiellement au Conseil communal en juin dernier par un membre d’A Gauche toute! Réponse de M. Français, si mes souvenirs sont bons:
    1) il n’y aura pas de magasins dans les stations du m2, en tout cas aucune boulangerie n’y est prévue, ce que vous dites est une rumeur.
    2) La location des biens du métro Lausanne-Ouchy SA, ce n’est pas Lausanne qui en décide, elle a été donnée aux tl.
    3) Et d’ailleurs, je n’en sais rien, et M. le syndic Brélaz, pourtant vice-président du Conseil d’administration des tl, n’est pas au courant non plus.

    C’est quand même extraordinaire: ce Conseil d’administration des tl est bourré de municipaux vaudois. Et pas un pour défendre les artisans locaux?

  3. Paul c’est le Marcdo des boulangers mais dans le faux vieux. Faux vieux mais vraiment cher. Ce genre d’entreprise s’étend un peu comme une épidémie.

    A Paris – et je ne l’ai que trop vu – Paul tient les selfs des grands musée : Orsay, Versailles etc…Dans ces endroits, le temps passe vite et à un moment donné, on sent la fatigue, donc on a faim et soif.
    Manger, si on est salarié, faut oublier dans ce genre de lieu : c’est pour les riches. Donc, pas le choix, on va dans un self pourri et hors de prix, ceux de Paul. C’est sombre, mal foutu. Mais la note est encore plus dure à avaler que le sandwiche. Et va savoir combien il paie ses caissiers et caissières…. !!!
    J’ai bien pensé que ce « Paul » allait nous faire des misères ici, dès que je l’ai vu s’installer à Lausanne. Je parie que si le Musée de Bellerive se construit, Paul-and-co, aura le monopole du machin-chose-cher qui servira de cafétéria. Il le fait bien à Orsay.

    Comment fait-il…il…mais c’est qui, c’est quoi en vrai « Paul »?

  4. Salut Joseph,
    Oui, comme disent les autres: merci pour cette info révoltante !

    Faudra se renseigner de plus près auprès du canton, de la muni (Lausanne)… J’espère qu’un-e député-e et un-e conseiller/ère communalE s’en chargeront vite…

    Et si les réponses ne sont pas satisfaisantes, ben… boycottons, jarnicoton !

    Ciao,
    Philippe

  5. D’habitude ce sont les prix qui font tout! Mais là, Paul est cher, plus cher que certaines nos boulangeries. Paul a tout à fait le droit de s’installer à Lausanne, nous n’avons rien à dire de cela. Ce n’est tout de même pas l’état qui doit empêcher à une industrie comme Paul, de s’installer chez nous, nous ne sommes pas en Union Soviétique… Mais pour finir, ceux qui font la loi dans ce marché libéral, ce sont les consommateurs! Qu’ils n’aillent pas chez Paul! Et qu’ils n’aillent pas chez pire encore: Pouly….
    Et que les petits boulangers suisses se donnent un peu plus de peine, pour faire preuve de créativité, de faire du bon pain, du meilleur pain… Quel dommage que Vaucher est vendu ces magnifiques boutiques du pain à Pouly… Ca c’est triste….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *