L’UDC prépare un coup d’Etat légal

temps de cerveau

La victoire de l’initiative anti-minaret n’est qu’en apparence un coup de tonnerre. C’est une victoire d’étape de l’extrême-droite suisse.

D’ici 2011, date des prochaine sélections fédérales, l’UDC va occuper le terrain politique avec un maximum d’efficacité sur des thèmes de société les plus triviaux. Des thèmes susceptibles d’être à chaque fois des décrochages auprès des divers électorats traditionnels, tant de la droite radicale-PDC que des socialistes.

L’accumulation des forces est à ce prix. Car l’objectif est bel et bien de devenir majoritaire au Parlement ou presque majoritaire avec quelques idiots utiles de quelques formations politiques subalternes, pour prendre le pouvoir.

Ceux qui imaginaient que la progression à près de 30% de la formation d’extrême-droite était un sommet électoral difficilement renouvelable n’ont jamais mesuré les talons d’Achille de la démocratie helvétique.

Nous avions déjà une économie de casino bancaire au coeur de l’Europe, qui fait de la Suisse un paradis fiscal pour tous les riches réfugiés économiques.

L’utilisation de la cascade d’initiatives va permettre une prise de pouvoir correspondant à une nuit de cristal modernisée. Elle permet non seulement de ratisser plus largement que le vote partidaire, mais surtout d’utiliser l’une des plus grandes faiblesses de la Suisse: son système politique basé sur la faiblesse de la démocratie représentative, rythmé par les votations populaires successives.

Ces votations permettent une débauche de pognon sans contrôle des budgets et sans plafonnement des dépenses. Une autoroute à cinq pistes du fric, offerte à des manipulateurs de temps d’antenne, donc de temps de cerveau. Les tribunes médiatiques sont prêtes à recevoir les initiants UDC. Il s’agit ni plus ni moins du développement d’un suffrage censitaire.

Sans réaction à la fois politique et institutionnel, cela va aboutir à un coup d’Etat légal. Déjà ce soir, il était pathétique de voir tous les partis, du PS aux libéraux-radicaux, trouver des excuses et des raisons à l’inquiétude exprimée dans les urnes. L’ensemble du corps politique dérive dangereusement à droite et à une vitesse exceptionnelle.

Nous sommes entrés dans une autre phase du développement du fascisme alpin et il ne suffira pas de faire de simples appels à la raison.

Nous avons besoin de formes de résistance nouvelles, comme une grève de tous les exclus et stigmatisés de l’extrême-droite: immigrés, handicapés, chômeurs, naturalisés, doubles nationaux, sans-papiers, exclus, licenciés, minorités religieuses.

Sur le plan institutionnel, il faudrait suspendre le droit d’initiative tant qu’il n’y a pas de réglementation sur l’usage de fonds de campagne et leur transparence. C’est un électro-choc minimum.

Il faut faire vite, avant qu’il ne soit trop tard, pour nous tous.

8 réflexions au sujet de « L’UDC prépare un coup d’Etat légal »

  1. Je partage l’analyse mais moins la conclusion. Une suspension du droit d’initiative va provoquer un tollé « contre les vilains gauchistes anti-démocratiques ». L’udc passerait pour le dernier bastion de la démocratie directe. Tout à fait d’accord pour la grève et la résistance des exclus mais je crois hélas que le fascisme alpin, comme tu le définis très bien, ne pourra s’écrouler que sous ses propres contradictions, si on s’emploie à les montrer…tous les jours.

  2. Je partage l’analyse mais trouve bloquant de la limiter à une stratégie d’un parti: 6 Suisses sur 10 ont voté oui, et une bonne partie de ces gens sont très fréquentables. L’analyse sociologique donc ne doit pas être mise de coté. Double-national je suis, et les années 70 et leurs différentes tentatives d’exclusion (de mes parents permis C par exemple…), remontent fortement depuis hier dans mon esprit. A l’époque comme aujourd hui, il fallait analyser les chose pas seulement à la lumière d’une stratégie partisane. La route sera dure…

  3. Il faut supprimer le droit d’initiative. Elles sont presque toujours refusees. Quand c’est accepte c’est generalement difficilement applicable (minaret, internement a vie, …).

    Une autre solution moins radical serait de relever le nombres de signatures (de 100 000 a 300 000 par exemple)

  4. Ce qui est certain, c’est que cette initiative n’aurait jamais dû être avalisée par le parlement. Ce qui est grave, c’est que nos autorités manquent singulièrement de courage politique. Ce qui est consternant, c’est le manque de réflexion de la majorité de nos concitoyens qui conduit à des prises de positions où la raison n’a plus sa place. Ce qui est urgent, c’est d’apprendre à nos enfants, et cela dès l’école primaire, a exercer leur sens critique et à ne pas se laisser manipuler. On peut rêver n’est-ce pas ?

  5. Oui, cher camarade Zisyadis, je suis en gros d’accord avec votre analyse, mais pour les solutions, s’il y en a, je partage plus les vues de Carla ! Comment est-il possible d’autoriser une initiative aussi contraire aux droits de l’homme et aux intérêts de la Suisse ? La bêtise de la Suisse et de ses gouvernants a outrepassé les limites. Il est plus que temps, mais n’est-il pas déjà trop tard ? d’agir de façon à empêcher absolument ces lancements d’initiatives antidémocratiques et helvéto-suicidaires. Par quels moyens ? Que chaque démocrate véritable, que chaque patriote raisonnable s’engage de toute urgence sur la voie de la réflexion en vue de la mise en route d’idées réalisables pour écarter la xénophobie, le racisme et le fascisme de notre pays.
    Il me semble, cher camarade Zisyadis, qu’en tant que parlementaire, il vous faudrait profiter de ce terrible choc pour mobiliser vos collègues de la gauche à la droite démocratique, en vue d’une prise de position dans ce sens (initiative parlementaire par exemple ?) Les milieux de droite sont particulièrement sensibles au risque d’atteinte à leurs privilèges économiques, et au dommage causé à l’image de la Suisse et . Moi aussi aujourd’hui, j’ai honte pour mon pays !

  6. Une des caractéristiques du populisme et sans doute du fascisme est de ne jamais s’attaquer au tout.Mais d’en sortir un élément, le plus simple, pour le brandir à la face de la population. Tous les partis politiques sont tombés dans le piège, pour ainsi se polariser sur les minarets en l’occurence. Et à nouveau la gauche est en retard. Et imagine des stratagèmes électoraux.
    Nous savons tous ce que veut la gauche.Quand la lutte devient difficile, au lieu de se battre, on crée de nouveaux mouvements. Pour ainsi donner au plus grand nombre, l’illusion du pouvoir. Mais maintenant, après ce scrutin, il m’apparaît, et contrairement à toi Josef, que c’est la raison qui doit être défendue. La gauche doit se réunir, utiliser les armes démocratiques, pour justement élever le débat, et entraîner avec elle, pour cette occasion, les dirigeants de la communauté musulmane. Ne pas créer une nouvelle structure, mais réunir, réfléchir, aspirer à une sagesse nécessaire, la proclamer et la défendre.

  7. pour appuyer le commentaire de Gaby : si j’ai bien entendu, la prochaine initiative des nazis, sera pour interdir le voile, Facilement démontable, il suffit d’évoquer le voile de toutes les religieuses et pour tourner l’udc en bourrique, on devrait tous mettre un fichu de ménagère chaque fois que l’on va faire ses courses!

  8. Je remercie J Zizyadis de ne pas avoir employé le mot « populiste » pour qualifier l’abjecte UDC…A l’origine de la révolution de 1905, le mouvement populiste se caractérisait par une passion pour la défense des pauvres: mendiants, cerfs, gueux, vagabonds, ouvriers,chômeurs, paysans…lépreux, paralytiques…etc…Les populistes ressemblaient aux premiers chrétiens et rêvaient de chasser les marchands du monde aprés que ce brave Jésus les aît expulsés du temple…
    L’ UDC c’est le contraire: lécher le cul des patrons et des banquiers, se prosterner devant les propriétaires fonciers et s’acharner comme des pitt-bulls contre les personnes qui ont du mal à finir le mois c’est la vocation de ce parti fasciste qui, cependant, utilise le moralisme pour s’attirer les sufrages d’une partie des classes populaires déboussolées et crétinisées…Par quoi ? Par qui ?
    Peut-être par une certaine gauche caviar qui idolâtre la SOUMISSION ( paix du travail contre productive ), qui participe à l’hystérie sécuritaire , qui s’est profondément adaptée à la dictature des marchés financiers…etc..etc…
    Cete fausse gauche prononce toujours le mot « populiste » avec un air condescendant et en ignorant délibérément que cela signale peut-être un certain mépris aristocratique dirigé contre les ouvriers, les chômeurs, les rentiers AI…

Répondre à Claire Bozonet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *