Gaza 1956, la haine plantée…

Gaza 1956

En marge du blocus actuel, le pavé de Joe Sacco, intitulé « Gaza 1956 » nous ramène à un pan méconnu de l’histoire palestinienne. Le dessinateur de cette BD mène son enquête sur le massacre de Palestiniens à Rafah et Khan Younès durant la guerre de Suez. Ces événements ont eu lieu les 3 et 12 novembre 1956. Plus de 400 palestiniens ont été massacrés par l’armée israélienne.

L’enquête de Joe Sacco, car il s’agit d’une vraie enquête minutieuse, a été menée entre 2002 et 2003. Elle vient de sortir pour sauver ces morts des oubliettes de l’histoire. Cette bande dessinée est dense, 400 pages de belle facture. L’auto-dérision de l’enquêteur permet une respiration sur cette suite de tragédies. La haine a été plantée dans les coeurs depuis si longtemps…

3 réflexions au sujet de « Gaza 1956, la haine plantée… »

  1. Si il faut acheter des BD pour connaitre l’histoire, il faudrait faire une BD sur septembre noir, où 15’000 palestiniens ont été massacré par l’armée Jordanienne.
    Concernant les 400 morts de Gaza en 1956, c’est nouveau ! Il ne s’agit pas de civil mais de soldats Egyptiens, d’ailleurs Gaza est toujours égyptiens !

    Ce second conflit oppose Israël à l’Egypte du 29 octobre au 5 novembre 1956. Cette seconde guerre se situe en même temps pour partie que le conflit autour du canal de suez qui oppose l’Egypte à la France et au Royaume-Uni. La « Campagne de Suez » engagée par les troupes franco-britannique vient en réponse à la nationalisation du Canal de Suez par le président égyptien, Nasser.
    Ce contexte va permettre à Israël de saisir l’occasion de contrer la recrudescence des attaques que subissent les israéliens depuis l’Egypte et la bande de Gaza (placée sous la responsabilité de l’Egypte depuis les Accords d’armistice de 1949. Les buts pour Israël sont de garantir davantage de sécurité aux populations israéliennes.

    Les objectifs de l’Opération Kadesh

    Pour cela, l' »Opération Kadesh » (nom donné aux opérations militaires dans le Sinaï) prévoit plusieurs objectifs :
    Détruire les bases des combattants arabes (les Fédayins) se trouvant à la fois dans la bande de Gaza et le long de la frontière égyptienne du Sinaï.

    Il s’agit aussi de ré ouvrir l’accès du Golfe d’Eilat aux bateaux israéliens qui subissent un blocus Egyptien leur interdisant l’accès à la Mer rouge.

    Enfin, il s’agit aussi de détruire les infrastructures égyptiennes dans le Sinaï, notamment les aéroports et les autres complexes pouvant servir la logistique égyptienne pour mener une attaque contre Israël.

    Les Nations Unies vont entrer en scène afin de ramener la paix dans la région. Déjà saisies par l’Egypte dans le cadre de l’attaque Franco-britannique de la « Campagne de Suez », les Nations Unies vont déclarer illégale l’agression Franco-britannique. La guerre menée par Israël se voit elle aussi condamnée par les deux puissances, les Etats-Unis et l’URSS.
    La pression internationale est très forte et Israël doit évacuer l’ensemble du territoire du Sinaï ainsi que la bande de Gaza. Les casques bleus sont déployés dans toute la zone. Un contingent est posté à Sharm el-Sheikh afin de garantir l’accès des israéliens à la Mer Rouge. La situation dans la bande de Gaza est également stabilisée par la présence des casques bleus qui y restent en permanence.

    Bilan de la Guerre du sinaï

    Après 5 jours de conflit, les troupes israéliennes occupent la bande de Gaza, le Sinaï ainsi que la ville de Sharm el-Sheikh. Les pertes humaines sont beaucoup plus élevées dans les rangs égyptiens qu’Israéliens. Si la guerre a été rapide, elle n’en demeure pas moins très meurtrière. Plusieurs milliers de combattants égyptiens meurent et plus 6000 prisonniers sont comptabilisés. Les israéliens dénombrent 170 morts, plusieurs centaines de blessés et 5 prisonniers.

    Au sortir de cette guerre du Sinaï, Israël sort affaibli sur le terrain diplomatique international, mais la sécurité le long de cette frontière est maintenant garantie et les attaques incessantes ou presque d’avant l' »Opération Kadesh » ont quasiment disparu. Eilat retrouve un accès à la Mer Rouge et des débouchés vers le sud du Golfe d’Akaba.

    L’Egypte, si elle sort en victime d’une triple agression avec la « campagne de Suez » d’un côté et l’attaque israélienne de l’autre, elle est aussi très affaiblie militairement, tant les destructions et pertes humaines ont été importantes dans ses rangs. Ce sentiment ne fera que planter les germes d’une prochaine confrontation…

  2. Merci Corto.
    Refaire l’histoire, délégitimer Israël et chier sur les Israëliens…
    Bientôt on apprendra le créationnisme aux écoliers, comment les USA ont fait péter leur plus beaux symboles pour aller faire la guerre en Afghanistan, que les esclaves juifs d’Égypte étaient en fait des hommes libres qui construisait des pyramide pour le plaisir, que la Nakba est comparable à l’holocauste et que c’est Israël qui a attaqué ses voisins pour agrandir son territoire… J’en passe et des meilleures!!!!
    ABE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *