Manger est un acte agricole

1509_soupeneuch06

Lancée par des passionnés du goût, soutenue par des chefs-cuisiniers du territoire, rejointe par des producteurs authentiques du pays, la Semaine suisse du Goût est devenue depuis 16 ans une fête populaire du partage de la nourriture.

Chaque année, elle s’affirme comme plateforme nationale de la nourriture « bonne, propre et juste ». Petit-à-petit, les partenariats se tendent la main.

Quel sens donner à toute cette fête ? Rien de moins que l’appropriation de notre nourriture quotidienne que l’industrie agro-alimentaire s’est accaparée, souvent par notre passivité.

Que mangerons-nous en 2030 ? Certains ont l’objectif de nous faire ingurgiter des alicaments, des OGM, de la nourriture individualisée et standardisée. Bref, un programme de négation non seulement de la biodiversité alimentaire et culinaire, mais aussi du plaisir du goût.

Les moyens d’inverser ce système productiviste sans âme existent. La « famine au sud et la malbouffe au nord » n’est pas inscrit dans nos gênes. Ce modèle agro-alimentaire est arrivé à ses limites.
Par bonheur, nous avons les possibilités citoyennes de revoir cette copie médiocre, faite de pesticides dans les aliments, d’animaux gavés de soja OGM importé ou d’épidémie d’obésité.

Nos solutions ont pour nom : lutte contre le gaspillage alimentaire, plateforme de circuits courts, agro-écologie, ceinture verte autour des agglomérations, plus de légumineuses, de fruits et légumes et moins de viande robotisée. Et surtout : des producteurs de la communauté qui nous nourrit, payés à leur juste prix !

Prenez le temps de voyager dans le pays avec convivialité pendant cette Semaine du Goût 2016 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *