Une initiative parlementaire contre les doubles mandats

Ils sont touchants. Ils dégoulinent de bienveillance et de réflexions bien senties, sans arrières pensées… Ils ? Mais les libéraux écoeurés, les femmes radicales outrées, les socialistes effarouchés, les verts rouges de honte, les journalistes commerciaux avec la bouche en coeur…

On dirait qu’ils ont tous votés POP ! C’est tout de même fou pour un parti qui a fait moins de 5%, d’avoir autant de gens qui ont des avis sur son avenir, sa tactique, sur ses choix, sur son partage des tâches.

Allez, allez, vous allez finir par nous faire verser des larmes de crocodiles. Nous savons tous que vous avez votés Huguenin ou Zisyadis en cachette…

Mais comme toutes vos réflexions sur les doubles mandats, sur les désistements, la lourdeur des tâches sont décidément passionnantes et convaincantes, je vais déposer le 3 décembre à Berne une initiative parlementaire qui aura les objectifs suivants:

* interdiction des doubles mandats à tous les niveaux électifs
* interdiction de se présenter à plusieurs élections le même jour (Conseil des Etats et Conseil national en même temps par exemple)
* déclaration préalable des candidats sur le mandat qu’ils vont choisir en cas d’élection (par exemple un conseiller d’Etat qui devient en plus conseiller aux Etats ou un maire qui devient en plus conseiller national par exemple)

Vous m’avez convaincu. Vos remarques et vos critiques envers le POP étaient justes, louables, désintéressées. C’est pour la démocratie que vous l’avez fait. Nous serons ainsi tous à la même enseigne, les compteurs à zéro.

Je n’ai donc aucun doute que vous allez soutenir et signer cette initiative parlementaire. Vous avez eu raison de ne pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages.

Conseil des Etats: la gauche a un tournant ?

Il n’y a pas que le pari de la droite qui est risqué avec l’élimination de la composante du parti libéral dès les 1er tour et le choix préférentiel du radicalisme de s’allier avec la droite blochérienne.

A gauche, la multiplication des candidatures (6 !) cache un autre enjeu non moins décisif: les Verts brûleront-ils la politesse au PS en le dépassant pour la première fois dans cette échéance difficile pour une « gauche » minoritaire au vu des élections cantonales toutes récentes.

Il y a 4 ans en 2003, la radicale Langenberger était arrivée en tête avec 29.8 % des voix, suivie du libéral Ruey avec 26.6 % et l’UDC de Bugnon se voyait gratifiée de 19,8 %.

A gauche, Michel Béguelin faisait un score de 24,6 %, score conforme au PS et loin devant les deux Verts de l’époque (Ménetrey à 12,7 % et Recordon à 12 %). Le POP se retrouvait juste derrière avec Zisyadis à 11,3% et Huguenin à 8,7%.

Comme l’appétit vient en mangeant, il semble que les Verts tentent de jouer avec le feu. Ils espèrent dépasser les socialistes ou pour le moins forcer la gauche dans son ensemble à vouloir un ticket genre « tripes à la neuchâteloise », soit un ticket vert-PS.

Là où le bât blesse, c’est que cette stratégie louable cache un autre enjeu somme toute inquiétant pour la gauche: devenir le 1er parti à gauche et éjecter les socialistes du Sénat.

Afin que les choses soient dites: en cas de ticket Savary-Recordon pour le 2ème tour, l’électorat bourgeois fera ce qu’il a toujours fait dans ce cas de figure: il choisira le nouveau centriste vert Recordon. Comme lors de l’élection au Conseil d’Etat vaudois… où les l’électorat bourgeois a bien choisi de faire la peau du popiste au profit du vert.

Cependant, il faudra juste, avant de choisir cette stratégie d’un double ticket PS-Vert, prendre en compte l’électorat qui se reportera au 1er tour sur le POP et A Gauche toute !

Pas sûr que cette électorat se laisse amadouer par des opérations de recomposition centriste qui finiront par éjecter la gauche du 2ème tour.

Clairement: mieux vaut une candidature unique de la gauche avec toutes les ambigüités que cela peut comporter, plutôt qu’un doublet qui va jeter aux oubliettes pour 4 ans les préoccupations sociales de la gauche.