Les héros paisibles de notre quotidien

homme seul sur le quai

Le papa de Nyon qui s’est précipité pour sauver sa fillette, tout en perdant sa vie, nous ramène à des valeurs simples de solidarité.

Il y a bien sûr le geste ou plutôt l’instinct instantané: celui de se précipiter pour sauver son enfant. Une petite de trois ans tombée sur les rails, un train qui arrive, la mort qui rôde et l’acte de sauver qui aboutit à une autre mort.

Pourquoi commenter un fait divers, alors qu’un enfant meurt de faim toutes les six secondes sur notre planète ? Tout simplement parce que chaque mort d’une vie en devenir est unique et singulière. Tout simplement, parce que ce geste est la signature d’un homme qui a d’autres valeurs que cette société individualiste de non-sacrifice personnel.

Je ne connais pas Yanick Cornu, sa compagne Yanick Vanni et leurs cinq enfants. Au-delà de la douleur dans laquelle ils sont plongés, ils sont en train de nous livrer un message limpide, celui de la fraternité à offrir en partage.

Et ils sont heureusement nombreux, ces hommes et ces femmes qui s’obstinent à tourner le dos aux valeurs dominantes. Ils ne font pas la Une des média. Ils sont des figures lumineuses de proximité. C’est un ouvrier qui va maintenir intact le souci de la bel ouvrage, malgré les cadences. C’est un paysan qui va continuer à produire sainement, malgré les coûts de production. C’est une ainée qui va rendre des services bénévoles dans son quartier.

Tout cela fait société, tout cela forme une communauté de gratuité.

Le système le détruit quotidiennement, mais cela résiste au plus profond du coeur humain. Tous ces paisibles anonymes sont un espoir pour une autre société.


Solidarité avec cette famille CCP 12-245-2, Ville de Nyon, Service des finances, 1260 Nyon, avec mention « don famille Cornu »

Stands électoraux et produits locaux

Samedi 27 janvier, nous partons tôt le matin avec Anne-Catherine Lyon et Pierre-Yves Maillard pour rejoindre ensemble les stands de nos partis. Trois villes, trois ambiances différentes, trois équipes militantes: Nyon, Renens et Lausanne. Il faut bien constater que tous les partis ont la fâcheuse habitude de se mettre en grappe, postés au même endroit. Le citoyen les repère rapidement et exécute un détour étudié… Il faut alors partir sur des chemins de traverse, aller à  la rencontre là  où il s’y attend le moins.

Jolie découverte au marché de Nyon: une boucherie-charcuterie qui fabrique des excellents petits pâtés maison aux saveurs de cumin, la boucherie Michel Spaeth de la Rue de la Gare. Et la cidrerie artisanale Nicolas Pradervand de Signy, qui fut la médaille d’or 2006 du concours romand des jus de pomme.

Juste avant de rejoindre la Palud à  Lausanne, un chocolat chaud pris à  la nouvelle Couronne d’Or (dans l’îlot Riponne-Tunnel) fut un grand moment de plaisir, avec un goût de reviens-y. Cet endroit n’a rien perdu du passé de Madame Panchaud, il est bichonné, étudié pour des tablées qui vont refaire le monde.