Et si le portable était l’amiante de demain ?

portable-enfant

Le Conseil fédéral vient de refuser ma proposition d’interdiction générale des téléphones portables pour les enfants de moins de 14 ans.

Le nombre d’enfants utilisant un téléphone portable a augmenté de façon spectaculaire. En Allemagne, 47 % des enfants de 6 à 13 ans possédaient un téléphone portable en 2005. Au Royaume-Uni, un enfant se voit offrir son premier portable dès l’âge de 8 ans en moyenne. L’enquête Eurobaromètre de 2005 montre que dans plusieurs pays, il est plus fréquent pour les enfants de posséder un portable que d’avoir accès à internet. C’est finalement un marché qui génère des recettes considérables. Le marché des portables destinés aux enfants est une opération financière entièrement à la charge de leurs parents.

De très nombreuses études scientifiques font état des risques majeurs pour la santé des enfants du fait de l’utilisation de téléphones portables.

Il apparaît que les enfants sont particulièrement sensibles aux effets des radiofréquences, car leur organisme est en développement. De plus, l’effet thermique qui en découle peut entraîner des lésions majeures, voire le développement de cancers.

L’hypothèse d’un risque majeur de santé publique pour toute une génération n’étant pas exclue, une approche de précaution est justifiée.

Dès lors, une mesure d’interdiction générale de production, de vente et d’utilisation en Suisse pour les enfants de moins de 14 ans apparaît comme une mesure de sauvegarde et de précaution proportionnée.

De tout cela, le Conseil fédéral n’en a cure. Pour lui, il n’y a aucune preuve scientifique que les rayonnements émis par les téléphones mobiles soient nocifs pour les adultes ou les enfants.

Ce qui est incroyable c’est que le Gouvernement reconnaît que les recherches sur ces problèmes sont encore lacunaires et que des incertitudes demeurent, notamment eu égard aux possibles effets à long terme…

Et quel conclusion dans cette affaire ? Ecoutez bien: « La responsabilité en matière d’utilisation des téléphones mobiles par les enfants incombe avant tout aux personnes ayant l’autorité parentale et non à l’Etat ». (!)

C’est comme pour l’amiante donc, les ouvriers amiantés à vie devaient prendre leurs responsabilités et pas s’en remettre toujours à l’Etat, ce monstre bureaucratique intrusif dans la vie privée…

Le monde à l’envers. A l’envers de toute responsabilité envers les générations futures.

Pas de principe de précaution dans la Constitution

OGM j en veux pas

La commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil national a refusé mon initiative parlementaire.

Elle demandait d’introduire un nouvel alinéa à l’article 74 de la Constitution fédérale, ayant la teneur suivante: « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, la Confédération veille, par application du principe de précaution, à la mise en oeuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage.

Il me semblait que le principe de précaution devrait pouvoir être invoqué lorsqu’il est besoin d’une intervention urgente face à un possible danger pour la santé humaine, animale ou végétale, ou pour la protection de l’environnement dans le cas où les données scientifiques ne permettent pas une évaluation complète du risque.

L’actuelle Constitution fédérale ne comporte aucune référence à ce principe essentiel que la plupart des constitutions modernes invoquent au nom de leur responsabilité à l’égard des générations futures.

On va continuer donc à faire les mêmes erreurs qu’avec l’amiante il y a 70 ans. L’usage de l’amiante avait été généralisé en pensant que c’était la formule idéale pour isoler et limiter les risques d’incendies. Aucune étude n’avait été effectuée pour savoir quelles pouvaient être les dangers de l’amiante sur la santé humaine. La même question se pose sur les OGM, la téléphonie mobile, le nucléaire. Les « lanceurs d’alerte », les Cassandres modernes continueront à crier dans le désert avant d’être entendus…