Et si le portable était l’amiante de demain ?

Et si le portable était l’amiante de demain ?

portable-enfant

Le Conseil fédéral vient de refuser ma proposition d’interdiction générale des téléphones portables pour les enfants de moins de 14 ans.

Le nombre d’enfants utilisant un téléphone portable a augmenté de façon spectaculaire. En Allemagne, 47 % des enfants de 6 à 13 ans possédaient un téléphone portable en 2005. Au Royaume-Uni, un enfant se voit offrir son premier portable dès l’âge de 8 ans en moyenne. L’enquête Eurobaromètre de 2005 montre que dans plusieurs pays, il est plus fréquent pour les enfants de posséder un portable que d’avoir accès à internet. C’est finalement un marché qui génère des recettes considérables. Le marché des portables destinés aux enfants est une opération financière entièrement à la charge de leurs parents.

De très nombreuses études scientifiques font état des risques majeurs pour la santé des enfants du fait de l’utilisation de téléphones portables.

Il apparaît que les enfants sont particulièrement sensibles aux effets des radiofréquences, car leur organisme est en développement. De plus, l’effet thermique qui en découle peut entraîner des lésions majeures, voire le développement de cancers.

L’hypothèse d’un risque majeur de santé publique pour toute une génération n’étant pas exclue, une approche de précaution est justifiée.

Dès lors, une mesure d’interdiction générale de production, de vente et d’utilisation en Suisse pour les enfants de moins de 14 ans apparaît comme une mesure de sauvegarde et de précaution proportionnée.

De tout cela, le Conseil fédéral n’en a cure. Pour lui, il n’y a aucune preuve scientifique que les rayonnements émis par les téléphones mobiles soient nocifs pour les adultes ou les enfants.

Ce qui est incroyable c’est que le Gouvernement reconnaît que les recherches sur ces problèmes sont encore lacunaires et que des incertitudes demeurent, notamment eu égard aux possibles effets à long terme…

Et quel conclusion dans cette affaire ? Ecoutez bien: « La responsabilité en matière d’utilisation des téléphones mobiles par les enfants incombe avant tout aux personnes ayant l’autorité parentale et non à l’Etat ». (!)

C’est comme pour l’amiante donc, les ouvriers amiantés à vie devaient prendre leurs responsabilités et pas s’en remettre toujours à l’Etat, ce monstre bureaucratique intrusif dans la vie privée…

Le monde à l’envers. A l’envers de toute responsabilité envers les générations futures.

3 réflexions sur « Et si le portable était l’amiante de demain ? »

  1. J’ai eu par hasard en main un tract du Ministere de la santé (Department of Health) du Royaume-Uni « Mobile phones and health ». Dans le chapitre sur les « enfants et les jeunes de moins de 16 ans » on y lit:
    « … La pesée actuelle des données ne démontre pas de probleme de santé causé par l’utilisation de téléphones mobiles. Toutefois la recheche démontre que l’utilisation de téléphones mobiles affecte l’activité du cerveau (sic). Il y a également des lacunes significatives dans notre connaissance scientifique… le crane et le systeme nerveux sont encore en développement pendant l’adolescence … les enfants et les jeunes personnes devraient etre plus vulnérables que les adultes. » Et cela provenant d’un Etat libéral financé entre autres par les impots prélevés sur les profits et la TVA provenant de ventes de portables… Les déclarations de la brochure sont donc des euphémismes pour laisser le business en paix.

    Nota: Penser a rajouter la passivité des autorités fédérales et la déclaration du Ministre Couchepin citée plus haut au futur livre noir du laisser-faire économique.

  2. C’est quand-même l’art d’écrire une chose et son contraire! On peut extraire de cette déclaration la phrase qui nous convient, la plus rassurante ou la plus alamrmiste sans parler de l’usage du conditionnel. Cela se trouve également dans des compte-rendus médicaux individuels, qui par peur des procès, disent à la fois que l’état du malade est toujours le même mais qu’on ne peut pas exclure une aggravation.
    Cette mise en garde précautionneuse m’apparaît comme une manière de contrer les usages excessifs (fautifs) du téléphone portable par une menace de punition qui au lieu d’être divine est d’ordre médical, et dont le caractère irrationnel me paraît évident. Donc pas étonnant que les enfants mais aussi les adultes qui s’identifient à toute cause enfantine, soient un public particulièrement visé par ce message de peur.il serait intéressant de recenser toutes leus peurs modernes dont on a annoncé le caractère massivement morbide ou mortel, qui sont ensuite tombées dans l’oubli, chassées par d’autres objets (chemin de fer, avion, four à micro ondes, pylônes électriques à haute tension ,la liste est longue….). Les sociétés supportent mal de n’avoir pas vu venir certains vrais dangers, donc elles en inventent pour se donner l’impression d’être agissantes,conscientes, prévoyantes, responsables, et pire, elles cherchent des coupables. La peur est un moyen très ancien, et qui marche toujours, d’exercice du pouvoir et de diversion.

  3. Adressons ce message aux « scientifiques » spécialisés dans le soutien aux industriels et opérateurs, et qui, depuis dix ans ne cessent de se battre pour prouver l’innocuité de la technologie sans fil :

    Les études scientifiques, c’est bien, la logique par l’observation du passé, c’est mieux. Car, vous, scientifiques, êtes des gens qui comptez sur le temps qui passe pour prouver, alors que nous, nous nous servons du temps passé pour réfléchir !

    OED

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.