Je veux vivre dans un désert commercial !

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir rendre marchand le moindre espace urbain ? Les espaces publicitaires ont envahi notre quotidien et gratuitement en plus. La pollution visuelle permanente est notre lot de consolation. Le moindre espace s’achète, les zones libres se rétrécissent chaque jour. Le city management est devenu le concept clé de l’animation urbaine (droite et gauche bobo confondue !).

Et dire qu’il y a encore des grands esprits qui sont amers devant la future absence de tout commerce dans le métro en construction…

Mais laissez-nous tranquilles, bon Dieu. Investissez une zone suburbaine et construisez la société commerciale totale de vos rêves. Faites vos ghettos et surtout vivez-y 24 heures sur 24, si cela vous fait plaisir !

Après le vote positif pour deux jours fériés de plus dans le canton, je me prends à rêver que Lausanne devienne la première ville suisse « slow city ». Afin d’allier préservation du patrimoine architectural, sauvegarde de la biodiversité alimentaire et mobilité douce. Pour retrouver ce qui était le vrai commerce à l’origine: échange humain, troc.

Vive le désert commercial !