Le printemps révolutionnaire de Michel Bühler

bubu

C’est un livre à ne pas mettre entre toutes les mains en ce début d’hivernage, de refroidissement de la pensée.

Michel Buhler nous convie à un petit itinéraire personnel à travers le regard de ces quelques enfants d’aujourd’hui, qui sont les nôtres. Itinéraire sur ces 40 ans de luttes où nous avons échoué à changer vite le monde comme on le rêvait.

Le capitalisme a provisoirement gagné une sacrée bonne première manche. Nous allons vivre la suite avec délectation. Et c’est juste à ce moment-là que Michel y va de son petit traité intitulé pour les intimes "De la nécessité de la Révolution".

Et il ose reparler de communisme, d’utopie, de biens communs à partager, de combats et surtout d’amitiés fidèles.

Cela me rappelle le Michel de Paris, puisque c’est là-bas que je l’ai connu d’abord. Il venait chanter pour notre paroisse de la Mission populaire évangélique, où j’étais pasteur à Belleville. Au coeur de ce quartier populaire, il laissait échapper quelques notes de tendresse qui redonnait de l’espoir à lutter. Ces concerts offerts valaient de l’or à l’époque pour nos finances trouées.

Michel, tu as bien fait de l’écrire ce bouquin. Car jamais nous ne serons des convaincus, mais des êtres qui cherchent à le devenir jour après jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *