La nourriture pas chère nous coûte très cher !

IMG_8110

La remarque est habituelle, pour ne pas dire rituelle : « bien manger coûte cher ! » A la Semaine du Goût et à Slow Food, nous sommes habitués à ces cris de dépit. Mais disons-le d’emblée, à bien y réfléchir, elles sont sans fondements.

Ce qui coûte cher par contre, c’est de laisser l’industrie agro-alimentaire décider à notre place du contenu de nos assiettes.

Vous trouvez logique que, pour des questions de budget, on ingurgite des aliments nocifs, insipides et sans goût, au détriment de sa santé ?

Vous trouvez normal que 2 millions de tonnes de notre nourriture parte en Suisse à la poubelle, soit un repas par jour et par personne ?

Nous avons fait de notre frigo, une succursale de l’industrie agro-alimentaire par facilité, par défaitisme. Et hop, 40% de cette nourriture finit dans le gaspillage !

La solitude alimentaire est devenu un poison social, qui est en train de détruire, et les producteurs de la communauté nourricière et les mangeurs que nous sommes.

Mais les solutions existent et pour l’essentiel, elles reposent sur notre choix individuel: voulons-nous oui ou non consacrer du temps pour nous nourrir ou passer chaque jour 2 ou 3 heures devant son portable ou sa télévision ?

A la Semaine du Goût, nous avons choisi de sortir des circuits mornes de l’industrie agro-alimentaires. Nous avons choisi de garder le contact personnel avec les paysans, les éleveurs, les artisans (attention, on ne parle pas d’exploitants agricoles !). Nous avons décidé de remettre au centre de notre vie la convivialité autour de la table. Nous voulons que nos enfants aient droit à une éducation au goût à l’école dès le plus jeune âge et avec des jardins potagers bio ! Nous voulons des cuisiniers, gardien de la mémoire culinaire, qui cuisinent vraiment et non des chauffeurs de barquettes (vivement le projet des restaurants «Fait maison» !).

Bref, nous vous avons concoctés une Semaine suisse du Goût, faite d’amour pour le bien manger et pour le droit au plaisir !

Vous en voulez encore ? Alors rejoignez-nous dans ce mouvement qui refuse à la course au bas prix de la nourriture qui tue nos producteurs locaux. Il vaut mieux manger une fois dans la semaine de la belle viande artisanale que des morceaux inconnus et sans âme.

La joie du court-circuit

SET_2015

Quinze ans déjà que la Semaine du Goût s’étend dans tout le pays. Cette fête de la nourriture « bonne, propre et juste » selon Slow Food, est un rendez-vous des  gastronomes du quotidien. C’est l’affirmation que notre nourriture nous appartient, malgré la volonté de l’industrie agro-alimentaire de nous en déposséder.

Dans tout le pays, vous allez retrouver des initiatives locales,associatives, de passionnés. Elles ont pour point commun de remettre la nourriture au centre de notre vie quotidienne. Prendre le temps de manger en famille, en commun, c’est du temps gagné. C’est le temps de la joie et de l’amitié partagée.

Savez-vous que la majorité de la nourriture que nous allons manger la semaine prochaine, n’est pas encore arrivée au pays ? L’industrie agro-alimentaire, c’est la « gestion des flux tendus »: les céréales,les fruits et les légumes font des centaines, des milliers de kilomètres.

A la Semaine du Goût, nous voulons privilégier la production locale, nous voulons faire vivre une communauté de producteurs, qui se bat pour nous nourrir. C’est tout l’enjeu de la souveraineté alimentaire. Vivement que les trois initiatives populaires de l’Union Suisse des Paysans, des Verts et d’Uniterre soit soumises à la discussion populaire, avant que la Suisse ne devienne un désert alimentaire.

Alors un grand merci à tous ces producteurs, restaurateurs, enseignants,cuisiniers, qui nous proposent des événements « fait maison » (comme le label qui va naître cet automne). Ils mettent un point d’honneur à travailler avec les artisans de l’économie locale, celle qui permet de vivre et travailler au pays.

Tous nos partenaires fidèles, et les nouveaux qui nous rejoignent,remplissent un rôle particulier, celui de la défense du goût. Avec Paolo Basso,meilleur sommelier du monde, Parrain de la manifestation, et Locarno, la Ville suisse du Goût 2015, vous avez en main tous les épices de cette Semaine du Goût. Prenez le temps de vivre la joie du court-circuit !

Appel suisse « Changer la Grèce »

syriza

Changer la Grèce,  Changer l’Europe, Changer pour toutes et tous !

La possible victoire de Syriza aux prochaines élections en Grèce constitue un enjeu considérable pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent que l’Europe change de chemin. Une telle victoire serait l’expression de l’exigence de dignité et de justice, de l’espoir. Les pressions et menaces exercées  par les dirigeants de l’UE, la Troika et les milieux financiers cherchant à peser sur le mouvement social et le choix des électeurs grecs sont inadmissibles.

Partout en Europe, nous allons défendre le droit du peuple grec de choisir librement, de rompre avec l’austérité, de dire non à la crise humanitaire qui sévit dans le pays, d’ouvrir la voie à une méthode radicalement différente, à une réorientation sociale et démocratique, à une perspective nouvelle pour la Grèce.

Alors que la plupart des forces politiques grecques ont choisi de courber l’échine devant la troïka, Alexis Tsipras et Syriza  en ayant décidé de suivre la voie inverse ont su créer,  en étroite coopération avec les nombreux mouvements sociaux,  un large rassemblement, une dynamique qui pourrait devenir majoritaire. Ainsi  est-il proposé d’affronter immédiatement la crise humanitaire, de restaurer les conventions collective et la législation du travail, d’instaurer un système fiscal juste, de démocratiser le système politique. Un futur gouvernement Syriza veut faire  de la Grèce un interlocuteur crédible qui  ouvrira les négociations en posant comme condition préalable la survie du pays et du peuple. Il veut engager le pays sur une voie nouvelle, loin de la corruption et du clientélisme, en faveur d’un nouveau type de développement dans l’intérêt général. Il proposera une conférence européenne  sur la dette  afin que l’annulation d’une partie de la dette et les modalités du remboursement de ce qui reste puissent permettre de relancer l’économie via un grand programme d’investissement public (qui ne devrait pas être comptabilisé par le Pacte de stabilité et de croissance), et la réponse aux besoins sociaux urgents. Il proposera au niveau européen un “European New Deal” pour le développement humain et la transition écologique. Partout en Europe, nous avons besoin de rompre avec la logique qui détruit le commun en Europe et favorise une influence dangereuse au nationalisme et populisme de droite, nous avons besoin  d’un projet nouveau nommé développement solidaire, coopération, démocratie.

Partout en Europe, nous considérons qu’avec un tel changement en Grèce ne se jouera pas seulement l’avenir du peuple grec. Une victoire de Syriza permettra de sortir la Grèce de la situation catastrophique actuelle, mais constituera aussi le début du changement en Europe. La rupture avec les politiques d’austérité menées par les institutions européennes et les gouvernements  serait un signal, un espoir pour les peuples qui cherchent à redresser la tête. En même temps, si les urnes accordent à Syriza les responsabilités du pouvoir, le futur gouvernement grec aura besoin d’un soutien massif des peuples européens, contre toutes les pressions des marchés financiers et des forces politiques qui redoutent une rupture avec les cadres désuets de la mondialisation capitaliste.

Acteurs politiques et sociaux, syndicaux et associatifs, intellectuels, chercheurs, artistes, femmes et hommes de culture, nous n’acceptons pas les pressions qui veulent empêcher le peuple grec de choisir librement. Ceux qui  exercent cette pression aujourd’hui sont co-responables de l’action de la Troika et des choix du gouvernement en place, de la pérennisation des structures de pouvoir à juste titre critiquées  et souhaitent à tout prix poursuivre la néfaste ‘thérapie de choc’.

C’est partout en Europe que nous nous allons prendre nos responsabilités, soutenir les forces qui luttent, modifier les rapports de force, mener la bataille des idées, rassembler toutes celles et tous ceux qui veulent bâtir, avec le peuple grec, une Europe sociale, écologique, démocratique. Nous nous placerons aux côtés du peuple grec parce que son combat est le nôtre.

Les premiers signataires suisses : Christian MARAZZI |Scuola universitaria professionale, Constantin SAYEGH, Docteur, Jean ZIEGLER, Sociologue, ancien parlementaire suisse, Josef ZISYADIS, théologien, ancien parlementaire suisse, Niklaus SCHERR, Gemeinderat AL, Zürich, Pierluigi FEDELE, membre du Comité directeur du syndicat Unia, Marianne HUGUENIN, médecin, Syndique de Renens, ancienne parlementaire suisse, Marc VUILLEUMIER, conseiller municipal de Lausanne,  Walter ANGST, Gemeinderat AL Zürich, Frédéric CHARPIE, secrétaire national de La Gauche suisse,  Nago HUMBERT, président fondateur de Médecins du Monde Suisse, professeur faculté de médecine, Claude MURET, scénariste,  Claude CALAME, Helléniste, EHESS, Paris, Prof. hon. UNIL,  Christian TIREFORT, écrivain, Patrick MORIER-GENOUD, éditeur et auteur, Barbara LANTHEMANN, Députée suppléante Alliance de Gauche Valais, Eduard GUGGENHEIM, Architekt, Planer FH; Gemeinderat AL Stadt Zürich, Pierre Louis PERRENOUD, retraité, Aline GABUS, infirmière, Elisabeth BRINDISI, journaliste, Isabelle LAMM, animatrice socioculturelle, Claire ANKEN, employée de commerce, Anne ROUYET, photographe, Ernest BADERTCHER, ancien député VD, Alain DUPRAZ, ingénieur, Alain CLERC, conseiller international, Alain PESSE, dessinateur de machines et membre d’UNIA, Anne- Marie BERGDOL, médecin, Christiane LAVANCHY, assistante médicale, Giorgio ROMANO, medico, Andrea EGGLI, travailleuse sociale, Jacqueline ROUYET, retraitée, Diane GILLIARD, journaliste, Christophe GALLAZ, chroniqueur et écrivain, Dominique ROUYET,  enseignante, Caterina MARTINI, étudiante, Jérôme MEIZOZ, écrivain,  Stefan WYSS, Vorstandsmitglied AL Zürich, Francis REUSSER,  cinéaste, Jean-Luc CHRISTINAT, travailleur social, Philippe BECK, formateur d’adultes, coach,  Federico FIORITO, giornalista, Fabrizio FIORITO,  psychologue-psychothérapeute, Corrado BEE, professeur, Claudine OGGIER, infirmière, Véronique BARRAS, responsable de projet OSEO Valais, ancienne députée, Christian BARRAS, formateur d’adultes, ancien conseiller municipal de Sierre, Liliane HODEL, femme de théâtre et enseignante, Dominique ISPERIAN, Jean-Marie MEILLAND, enseignant, Marcelo VALLI, chargé de recherche, Mathias HUGUENIN, libraire, Christophe BEGUIN, artiste naturopathe, Sengül KÖKER, institutrice primaire, Philippe MAILLARD,  géographe, Michèle MAILLARD, photographe, David PAYOT, travailleur social, conseiller communal, Patrice CHARPENTIER, responsable éducatif, Catherine HARDTKE, responsable pédagogique, Michel THEVOZ,  professeur honoraire Unil, Richard BLAETTLER,  Soziologe, Raymond BURKI, dessinateur de presse, Stavros RANTAS, medico, Willy STRECHEISEN, agronome, Cécile STRECKEISEN, enseignante, Pascale HOFFMEYER Pascale, ludothécaire, coordinatrice pour la Suisse du Conseil Mondial pour la Nature, Maurice REY, pédopsychiatre et psychanalyste, José SANCHEZ, ingénieur en télécommunication, Pierre GUEX, retraité, Jean et Jacqueline CHEVALEY  enseignants retraités, Alain BOVARD, juriste, Yves GIROUD, dessinateur de presse, Christine LAVANCHY, artiste, Antoine TRAD, Didier DVORNE, député au Grand Conseil vaudois, Mireille AUBERT, Députée, Présidente de la Commission des Visiteurs du Grand Conseil, Claire BOZONET, retraitée, Georges BOCHUD, conseiller en personnel, Claudine FISCHER,  humaniste,  jeune retraitée, Jcques A. BADOUX, retraité, Giovanni GALLI, psicologo, psicopedagogista, Marika ZISYADIS, graphiste & travailleuse agricole, Sébastien CUNENOD, étudiant HEP, Sol BEHAR, employée de commerce, Catherine GAILLARD, conteuse, Maria-Carla Grandjean, Intendnante Maison de l’Elysée, Fabienne TSCHANZ,  animatrice socioculturelle, Sali BISLMI,  traducteur, Anastasia PANAYOTIDIS, politologue, Françoise ORIOLI, éducatrice de la petite enfance, Emmanuelle de RIEDMATTEN, réalisatrice, Johan PAIN, retraité Transports Publics, Antoinette ROMANENS, MICHEL FAVRE, enseignant retraité.


„Change Greece – Changing Europe – Change4all!“

Der mögliche Sieg von SYRIZA bei den kommenden Wahlen in Griechenland geht alle an, die einen Richtungswechsel in Europa anstreben. Er wäre Ausdruck der Forderung nach Menschenwürde, Gerechtigkeit und Hoffnung. Die Drohungen und der Druck, die  seitens der der Staats- und Regierungschefs der EU, der Troika und der Finanzinstitutionen ausgeübt werden, um die Wahl des griechischen Volks zu beeinflussen, sind unakzeptabel.

Wir werden überall in Europa das Recht des griechischen Volks verteidigen, sich frei zu entscheiden; mit der Austeritätspolitik zu brechen; Nein zu sagen zur Austeritätspolitik, die das Land verwüstet; den Weg einer realen Alternative für Griechenland und eine demokratische und soziale Neuorientierung freizulegen.

Die Mehrheit der politischen Kräfte in Griechenland geht vor der Troika in die Knie. Alexis Tsipras und SYRIZA haben sich für das Gegenteil entschieden. Gemeinsam mit den sozialen Bewegungen haben sie einen breiten Zusammenschluss geschaffen, dessen Dynamik die Mehrheit gewinnen könnte. SYRIZA und ihre Verbündeten setzen sich gegen die humanitäre Krise zur Wehr, wollen die Kollektiv- und Tarifverträge wiederherstellen, ein faires Steuersystem einführen und das politische System demokratisieren.

Eine SYRIZA-Regierung wird Griechenland zu einem verlässlichen Partner machen und das Überleben des Landes und der Bevölkerung zum Ausgangspunkt in allen Verhandlungen machen. Die Regierung wird das Land auf einen neuen Weg jenseits von Korruption und Patronage führen und sich für ein neues Entwicklungsmodell im Interesse aller entscheiden.

Die SYRIZA-Regierung wird eine europäische Schuldenkonferenz vorschlagen, mit dem Ziel die Schulden teilweise zu streichen und die Zahlungsmodalitäten für den Rest so festzulegen, dass eine wirtschaftliche Erholung ermöglicht wird. Das dazu erforderliche Programm öffentlicher Investitionen und zur Befriedigung dringender sozialer Bedürfnisse soll aus dem europäischen Stabilitäts- und Wachstumspakt ausgenommen werden.

Auf europäischer Ebene wird eine SYRIZA-Regierung einen Europäischen „New Deal » für menschliche Entwicklung und ökologischen Wandel vorschlagen. In ganz Europa müssen wir mit der Logik brechen, die Europas soziale Errungenschaften zerstört und Nationalismus und Rechtspopulismus verstärkt. Wir brauchen ein neues Projekt inklusiver Entwicklung, Zusammenarbeit und Demokratie.

Wir sind davon überzeugt, dass eine solche Veränderung in Griechenland nicht nur die Zukunft des griechischen Volks betrifft. Wenn SYRIZA siegt, wird nicht nur Griechenland aus der katastrophalen aktuellen Situation ausbrechen können, sondern die Möglichkeit eines Wechsels in Europa entstehen. Der Bruch mit der Austeritätspolitik wäre Signal und Hoffnung für diejenigen, die sich nicht beugen wollen.

Eine SYRIZA-Regierung  wird angesichts des massiven Drucks der Finanzmärkte und der politischen Kräfte, die jedes Abweichen vom gescheiterten Rahmen der kapitalistischen Globalisierung fürchten, massive Unterstützung der europäischen Völker brauchen.

Wir, Menschen aus allen Teilen der Gesellschaft, aus einem breiten sozialen und politischen Spektrum und aus zahlreichen Organisationen akzeptieren den Druck nicht, der ausgeübt wird, um das griechische Volk an seiner freien Entscheidung zu hindern. Diejenigen, die diesen Druck ausüben, nehmen die Verantwortung dafür auf sich, dass die schädliche „Schocktherapie“ um jeden Preis fortgesetzt wird.

Unsere Verantwortung ist es, überall in Europa diejenigen zu unterstützen, die für eine Veränderung der Kräfteverhältnisse kämpfen, die den Kampf der Ideen aufnehmen und alle vereinigen, die gemeinsam mit dem griechischen Volk ein soziales, ökologisches und demokratisches Europa aufbauen wollen.

Wir stehen an der Seite des griechischen Volks, weil sein Kampf der unsere ist.

Le goût des autres

Obésité au nord, faim au sud, malnutrition partout. Et si notre problème était la solitude alimentaire, qui nous a fait perdre l’amour de la nourriture ?

Sans aucun doute l’industrie agro-alimentaire a ses programmes planifiés sur les aliments que la planète consommera dans les années futures. Il n’y a pas de doute aussi que la destruction des modes de vie, la mobilité et les horaires de travail ont mis au rencart la question de la nourriture quotidienne, dernier poste du budget des familles…

Le plus grave de tout cela, c’est que nous avons perdu le goût des autres.

Le goût de la communauté, paysans ou éleveurs qui nous nourrissent toute l’année. Le goût du manger ensemble autour d’une belle tablée et de regards partagés. Le goût de la cuisine, comme alternative quotidienne au prémâché standardisé. Et aussi le goût de la transmission de valeurs à nos enfants.

Mais il n’y a pas de fatalité à cela ! Et surtout, cela ne sert à rien de se lamenter contre des acteurs financiers, qui font leur beurre certes, mais dont nous sommes pour l’instant les meilleurs alliés de la destruction de la biodiversité culinaire. Malgré nous.

Au fond, nous avons un pouvoir sur cette situation. Alors, prenons-nous en main ! Devenons maîtres de notre nourriture !

La Semaine du Goût, c’est d’abord cela. Prendre le temps de se poser de bonnes questions et prendre des résolutions pour soi-même, sa famille, ses amis, tout en voyageant au rythme des découvertes dans le pays et ses régions. Bref, une plateformes joyeuse d’amitiés culinaires.

publié sur Hebdo.ch

On mérite les lasagnes au canasson !

Vache qui rit
Laissons de côté pour l’heure ceux qui ne voient pas le problème: veau, cheval, boeuf, cochon, c’est tout de la viande non ?

Laissons aussi sur le bas-côté les soudains tiers-mondistes, qui se la jouent misérabilistes: ça sentirait le richeton de se préoccuper de choix de viande.

Reprenons donc.

Tout ce qui arrive en terme de manipulation alimentaire, ingurgitée en intraveineuse ou par voie buccale n’est que la conséquence logique de la marchandisation industrielle de la nourriture. Il ne sert à rien de se lamenter. Il y a en premier les responsables de ce système agro-alimentaire, mais il y a aussi les co-responsables, les collabos que nous sommes tous devenus avec les années de cette bouffe insipide.

Nous avons appris à l’avaler sans questions, par insouciance, par manque de temps (!) ou refus de résistance.

Les scandales alimentaires qui se multiplient, exigent l’absolue priorité à la production et à la consommation alimentaire locale. Nous allons droit au mur avec cette exploitation économique qui pourrit la nourriture et dégrade l’environnement.

Au lieu de prendre plaisir à manger, la nourriture va finir par nous dévorer.

Cette logique est mortelle. Non seulement parce qu’elle provoque obésité et malnutrition sur la planète. Mais parce qu’elle détruit la petite paysannerie, qui est notre communauté nourricière.

Refusons l’opposition entre petits producteurs et consommateurs que nous distille la grande chaîne des multinationales de l’agro-alimentaire. Nos intérêts sont communs entre des producteurs qui veulent être payés au juste prix et les mangeurs qui luttent pour une nourriture qui nourrit vraiment, sans fraude, le corps et la tête.

Nous sommes confrontés à un développement monstrueux en très peu de temps, qui détruit les systèmes alimentaires locaux millénaires.

Notre résistance doit consister à constituer des chaînes courtes, des chaînes de proximité. Chaque projet d’agriculture contractuelle est un pôle de résistance. Ce qui compte, c’est que les gens nouent des liens, non pour parler seulement de vente et d’achat de produits, mais pour un projet de société commune fondée sur le respect mutuel et la préservation de la biodiversité locale.

Alors, mettons en pratique quotidiennement la souveraineté alimentaire par des actes. Au coin de la rue, il y a le mouvement associatif Slow Food,qui se développe actuellement en Suisse romande, il y a aussi les dizaines de projets d’agriculture contractuelle de proximité regroupés au sein de la FRACP, sans oublier les mouvements comme Kokoppeli pour la libération de la semence ou la Semaine suisse du Goût qui a lieu en septembre dans tout le pays.

Exigeons aussi que les pouvoirs publics, les services publics s’approvisionnent dans le cadre de l’agriculture de proximité. C’est aussi pour cela qu’il faut lutter pour que tout le réseau scolaire de la crèche aux centres de formation s’alimente à travers le réseau de l’agriculture contractuelle. C’est pour cela que nous devons promouvoir l’éducation au goût et au plaisir du goût dans toute la vie en société.

Bref, nous devons arracher au cercle de la marchandise, le bien commun que constitue la nourriture.

Sinon, nous mériterons les lasagnes au canasson !

publié sur hebdo.ch

Entre la croix, la faucille et le marteau…

Olivier Briand

Je me suis plongé avec délectation dans ce bel ouvrage. Chaque individu devrait avoir le temps de faire cet examen du temps vécu. Olivier Briand l’a pris. Il nous le livre en toute simplicité. Il réussit à nous entraîner dans tous ses espaces qu’il a vécu, les intimes comme les publics.

C’est étrange comme nous sommes replongés dans l’histoire d’un enfant de milieu populaire, pas si éloignée historiquement et pourtant on ressent bien combien le néo-libéralisme a réussi à tout casser en si peu de temps. Casser nos relations humaines, casser notre monde de simplicité auquel nous étions attachés.

Aucune nostalgie dans ces propos, juste le constat que ce camarade de lutte est un homme de foi qui a su rester debout dans ce monde de brute.

La lutte maintient, c’est ce qui fait le plus peur à nos adversaires de classe. Surtout, lorsque nos actes prophétiques du quotidien, sont des actes d’amitié et d’amour.

Olivier est un militant auto-constructeur. Associatif. Volontaire. Communicatif. Loin des appareils et des mots d’ordre, il a mis en route, dans ce coin de pays retenu, des énergies de transformation.

Il en ressort de la fierté, car il en faut… La fierté que nos valeurs préfigurent un autre monde.

Entre la croix, la faucille et le marteau… le plaisir, Olivier Briand, Editions Mon Village, 2012

Le silence de l’eau fait peur

Musique sous l'eau

Petit passage à la piscine du quartier l’autre jour pour emmener un enfant à un cours de natation. J’en vois un, j’en vois une et des autres tout plein. Ils mettaient des espèces d’écouteurs sur la tête avec des bonnets. Je me suis dit qu’ils devaient être souffrants pour devoir ainsi mesurer leurs pulsations; mais ils étaient tellement nombreux, que cela devait être contagieux…

Question posée à un brave malade potentiel: « C’est pourquoi faire ces écouteurs ? » « Mais c’est pour la musique ! C’est tellement monotone de nager ! »

Un monde de dingues ! Même cet espace de silence fait désormais peur.

Une première depuis 1945: un Parlement suisse sans gauche d’opposition

parlement ouvrier

Pour la première fois depuis 1945, le Parlement suisse va entamer une nouvelle législature sans la voix de la gauche d’opposition.

Si certains ont pu trouver anecdotique notre présence au Parlement fédéral, il reste que cette absence est révélatrice de l’incapacité de la gauche alternative de trouver une voix commune nationale par-delà les différences de sensibilités.

Il n’est en soi pas anodin d’être absent de la scène politique fédérale, même sur le mode du témoignage tribunicien; alors même que cette gauche, toutes tendances confondues, est présente dans plusieurs parlements cantonaux et se retrouve à l’exécutif dans des villes aussi négligeables que Genève, Lausanne, La Chaux-de-Fonds, Carouge, Delémont et même à la Mairie comme au Locle et Renens… Etrange situation.

Tout cela sur un fond de voix rassemblées en 2011 sur le plan national qui n’est pas en recul par rapport à 2007.

Alors ? Comment ce désastre est-t-il arrivé ?

J’ai parcouru les maigres bilans parus sur cet échec. Qu’ils proviennent du POP, du PST ou de solidaritéS, ils ont la même teneur commune: ce n’est pas le manque d’unité qui est la cause de l’échec. C’est la situation sociale qui nous est défavorable (!) C’est le manque de mobilisation citoyenne qui en est la cause (!) . Et nous voilà reparti pour une même rengaine qui refuse de voir la réalité en face.

Je passerais même par-dessus les objets de satisfaction de voir une tendance reculer moins que celle d’à côté… Tout cela serait risible, si les milieux populaires n’étaient pas en cause.

Je persiste à penser que la cause principale de cet échec de la gauche anti-capitaliste et d’opposition est dûe au refus de l’unité coûte que coûte, au refus d’écouter la base de ces partis et mouvements qui souhaitent que leurs responsables s’entendent et tirent à la même corde.

Alors qu’entre solidaritéS, le PST, le POP, les listes alternatives de Suisse alémanique, les différences de programme politique doivent être détectées à la loupe, le patriotisme d’organisation est devenu la clé de voûte de la pratique politique.

Nous sommes donc seuls responsables de ce qui nous arrive. Et la sortie de ce bourbier dépend uniquement de nous.

Pour ma part, elle passe par deux choses simples, mais essentielles:

1. Une seule organisation multiforme, avec droit de tendances de toutes les forces et personnes qui veulent une vraie gauche d’opposition dans ce pays. Avec des élections démocratiques internes et une presse commune. Pas très différent de ce que demande La Gauche sur le plan national…

2. Des pratiques politiques nouvelles sur le terrains des luttes sociales, qui donnent la parole aux gens et qui les aident à résister au quotidien.

Si on n’arrive pas à s’unir et agir ensemble, il faudra alors se poser la question de ce que nous avons vraiment de différent des socialistes et des verts…

Je voterai Savary-Recordon

Recordon Savary

Nous ne sommes plus en 2003, ni en 1999. Le canton de Vaud depuis les dernières élections fédérales de 2007 n’a plus de représentants de la droite au Conseil des Etats. Juste retour des choses après tant d’années d’hégémonie.

Géraldine Savary et Luc Recordon ont représentés les intérêts des milieux populaires dans la chambre des cantons ces quatre dernières années.

Lorsqu’un ou deux sièges étaient détenus par la droite, il y avait sens de présenter des candidatures multiples à gauche. Pour ratisser large. Pour défendre des positions alternatives.

Je constate qu’à Genève, solidaritéS et le Parti du travail ont su déposer des listes avec leur intitulé de parti, tout en portant les noms de Liliane Maury Pasquier (PS) et Cramer (Verts) pour le Conseil des Etats…

Il y a un parfois la nécessité de sortir du sectarisme d’organisation et faire un pas vers l’autre. A moins de souhaiter que les deux sortants ne passent pas au 1er tour, pour négocier je ne sais quoi pour le 2ème tour. Ces calculs politiciens sont futiles. Toute la gauche appellera finalement à voter le ticket Savary-Recordon.

Je voterai donc sans hésiter Géraldine Savary et Luc Recordon dès le 1er tour.

La Suisse, terre bénie des sociétés de négoce de matières premières

Matière première

Parmi les plus grandes sociétés de Suisse, près de la moitié sont des sociétés de négoce, qui ont un chiffre d’affaire supérieur au PIB des pays où sont prélevés les matières premières avec lesquelles elles font de la spéculation effrénée.

La Suisse est devenue une terre bénie pour ce type de société de trading depuis quelques années.

Ces sociétés sont caractérisées par une absence totale de transparence, par des violations des droits humains, des dommages à l’environnement. Elles se sont spécialisées dans la soustraction fiscale au détriment des pays riches en matières naturelles.

Dans une motion déposée cette semaine, je demande que le Conseil fédéral soit chargé de mettre en place une régulation des sociétés de négoce de matières premières dont leur siège ou leur filiale est en Suisse.

Cette régulation doit prendre les formes suivantes:

1. Les sociétés de négoce de matières premières doivent être considérées comme des intermédiaires financiers et soumises à la loi fédérale sur le blanchiment d’argent.

2. Les liens de propriété des sociétés doivent être publiés dans les registres cantonaux du commerce, afin de rendre publique les propriétaires de toutes les sociétés et la chaîne de construction juridique entre eux et leurs entreprises.

3. Ces sociétés doivent publier les informations concernant leurs collaborateurs, leurs chiffres d’affaires, leurs bénéfices, les coûts de leurs financements et leurs factures fiscales par filiales et par pays.